rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Christchurch: l'Australie convoque l'ambassadeur turc après les commentaires d'Erdogan
  • Procès Monsanto: le Roundup a contribué au cancer du plaignant (jury)
  • Les forces israéliennes abattent un Palestinien soupçonné d'une attaque en Cisjordanie (Sécurité)
  • Cyclone au Mozambique: le bilan dépasse les 200 morts, selon le président Filipe Nyusi
  • L'Italie saisit le navire humanitaire bloqué au large de Lampedusa (ministère Intérieur)
  • Commerce: de hauts responsables américains à Pékin la semaine prochaine (responsable américain)
  • Venezuela: Trump appelle les militaires à mettre fin à leur soutien à Maduro

Mexique Religion archéologie Culture

Publié le • Modifié le

Mexique: découverte d'un ancien temple dédié au «dieu écorché» Xipe Tótec

media
Le dieu Xipe Totec représenté avec ses attributs dans le Codex Borbonicus. Domaine public

Au Mexique, des archéologues ont fait une découverte surprenante. Le premier temple consacré à Xipe Tótec, un dieu majeur de l'époque pré-hispanique, a été mis au jour dans l'Etat de Puebla, dans le centre du pays.


Le temple était là, juste sous leurs pieds, à l'ouest du site de fouilles archéologiques de la ville de Tehuacán. Il a été découvert lors de recherches dans des ruines popolocas. Les archéologues ont pu authentifier le sanctuaire grâce à trois statues, deux crânes et un corps, sculptés dans la pierre.

Hautes de 70 centimètres, elles représentent le dieu Xipe Tótec. Les deux têtes, avec leurs yeux ronds et leurs rangées de dents carrées qui leur barrent le visage, font penser aux masques de la traditionnelle fête des morts mexicaine. Le corps, au nombril creusé et habillé d'une jupe, est amputé de sa tête. Une troisième main a été sculptée sur son flanc, allégorie d'une victime humaine sacrifiée.

Le nom de Xipe Tótec signifie « notre seigneur écorché ». Ce dieu majeur de la période pré-hispanique est connu pour son habit de peau humaine, qui symbolise le renouveau de la terre au printemps.

Pour honorer ce dieu de la fertilité, les prêtres eux-mêmes portaient sur eux la peau d'êtres humains sacrifiés. Les archéologues estiment que le temple, long de douze mètres et haut de 3,5 mètres, a été bâti entre 1000 à 1260 de notre ère.

Chronologie et chiffres clés