rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Cuba Miguel Díaz-Canel Commerce et Echanges

Publié le • Modifié le

Cuba reste communiste mais reconnaît la loi du marché

media
Le président cubain Miguel Diaz-Canel. REUTERS/Fernando Medina

Une nouvelle Constitution pour Cuba : elle reconnaît la loi du marché mais ne renonce pas à l'objectif d'une société communiste. Le texte a été adopté samedi 22 décembre à l'unanimité par le Parlement cubain. Il sera soumis au référendum le 24 février prochain.


Le projet de Constitution a été largement modifié. C'est le résultat des débats populaires auxquels ont participé presque neuf millions de Cubains, soit 80% de la population. Les autorités se sont félicitées de « l'expression du caractère démocratique et participatif » du peuple cubain mais ils ont dû revoir leur copie.

Sous l'impact des critiques formulés par les participants aux débats, l'article qui aurait ouvert la voie au mariage homosexuel a été retiré. Autre modification, d'ordre plus symbolique : le texte initial prévoyait la suppression de l'objectif de construite une société communiste.

Le texte conserve le mot « communisme »

Mais cette mini-révolution qui visiblement ne passait pas. Le président Miguel Diaz Canel a dû rectifier les choses. « Le communisme et le socialisme sont intimement liés », a-t-il déclaré en septembre dernier. Un peu plus tard, l'ancienne référence a été rétablie dans le projet de Constitution.

Ce projet reconnaît cependant - et c'est la grande nouveauté - l'ouverture au marché, à la propriété privée et aux  investissements étrangers. Pas de changement en revanche sur le plan politique : la Constitution garde le système du parti unique et l'élection indirecte du président, désigné par les députés du Parti communiste.