rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Andres Manuel Lopez Obrador Mexique Transport

Publié le • Modifié le

Mexique: le train Maya pour développer le sud-est du pays

media
Andrés Manuel Lopez Obrador (c.) lors de la cérémonie de lancement des travaux du train Maya, le 16 décembre 2018 à Palenque. AFP Photos/Présidence mexicaine/Julio Munoz

Après avoir participé à un rituel indigène à Palenque, le président Andrés Manuel López Obrador a posé la première pierre de l’un de ses plus ambitieux projets : la construction du train Maya qui doit parcourir tout le sud-est du Mexique, du Yucatan au Chiapas et du Quintana Roo aux Etats de Campeche et Tabasco.


Avec notre correspondant à Mexico, Patrick-John Buffe

Ce sont 1 500 kilomètres de voies ferrées pour découvrir et revitaliser le monde des Mayas d’hier et d’aujourd’hui. Imaginez-vous longeant le Golfe du Mexique, pour ensuite vous diriger vers Cancún et les eaux turquoise des Caraïbes. Le train fait par la suite notamment escale dans les gares des sites archéologiques de Chichen Itza, de Calakmul, en pleine forêt tropicale, ou du terminus Palenque. C’est ce circuit de rêve que parcourra le train Maya lancé à 160 km/h et qui devrait attirer des milliers de touristes désireux de découvrir le sud-est du Mexique.

Des voies ferrées pour désenclaver

Mais ce projet a aussi pour but de désenclaver une région où vivent de nombreuses communautés mayas marginalisées. Voilà pourquoi, ces voies ferrées seront empruntées par des trains de marchandises et par des trains de passagers qui permettront aux habitants de se déplacer plus facilement et à bas coût. Car le train Maya s’inscrit dans un plan de développement intégral de cette région.

 ► A (RE)ECOUTER :Hélène Combes (CNRS) : « Manuel Lopez Obrador veut lutter contre la pauvreté »

Les travaux de ce circuit ferroviaire, qui coûtera plus de six milliards d’euros, devraient durer quatre ans. Et pour éviter tout risque de blocage durant sa construction, les autorités se sont engagées à consulter préalablement les communautés indigènes et à réaliser une étude d’impact sur l’environnement.

Chronologie et chiffres clés