rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Revue de presse Pérou Chili Venezuela Argentine

Publié le • Modifié le

A la Une: les Péruviens soutiennent leur président

media
Le président du Pérou Martin Vizcarra lors d'une conférence de presse au palais du gouvernement à Lima, le 29 octobre 2018. Cris BOURONCLE / AFP

Ce dimanche des millions de Péruviens étaient appelés à se prononcer à l’occasion d’un référendum organisé par la présidence. Et selon les premiers décomptes, les résultats qui un soutien très fort des Péruviens à leur président Martin Vizcarra. C’est d’ailleurs le titre de l’article en Une de La Republica, même si les résultats définitifs ne sont pas encore connus. De grandes réformes étaient proposées dans le but de s’attaquer à la corruption endémique dans le pays par le biais de ce référendum.

Réforme de la justice, du financement des partis, l’obligation de respecter une pause entre deux mandats de député ou encore la remise en place d’une deuxième Chambre au Parlement. Et selon les sondages de sortie d’urne publiés par le quotidien, plus de 85 % des Péruviens soutiennent les réformes de la justice et du financement des partis politiques. Des chiffres qui démontrent le très large soutien dont dispose un président qui n’a pourtant pas été élu. Et c’est peut-être ce qui fait la force de Martin Vizcarra, estime El Comercio puisque toute la classe politique péruvienne est pointée du doigt par les Péruviens pour ses pratiques illicites. Un résultat qui démontre le ras-le-bol des Péruviens estime Peru21.

Accord de coopération entre Odebrecht et la justice péruvienne

C’est l’autre grande information en Une de la presse péruvienne. Le groupe de BTP brésilien Odebrecht, accusé d’avoir corrompu une bonne partie de la classe politique sud-américaine, se serait engagé à donner des informations qui pourraient permettre d’envoyer derrière les barreaux quatre anciens présidents péruviens, détaille El Comercio. Si selon les autorités aucune contrepartie n’a été réclamée par l’entreprise brésilienne, il se pourrait qu’en scellant cet accord de coopération, Odebrecht aurait tout de même obtenu l’assurance de pouvoir poursuivre ses activités au Pérou.

Le Chili ne signera pas le pacte sur les migrations de l’ONU

La présidence chilienne a annoncé hier qu’elle ne signerait finalement pas le pacte piloté par les Nations Unies et donc qu’aucune délégation chilienne ne se rendrait à Marrakech ce lundi et demain. Une initiative que Sebastian Piñera considère comme une « camisole de force ». Son ministre de l’Intérieur a été plus explicite dans les pages de La Tercera. Selon Rodrigo Ubilla, cette initiative « est passé d'un pacte qui visait un dialogue international nécessaire à un pacte qui reflète certains standards internationaux qui ne sont pas applicables dans le cadre de la politique migratoire chilienne ». Seul problème, les élus chiliens qui revenaient du Maroc suite aux réunions préparatoires n’étaient pas au courant de cette décision. Des élus qui venaient de signer une promesse d’engagement dans la mise en place de ce pacte, rapporte El Mercurio.

Au Venezuela : des élections boudées par les électeurs

Ce dimanche les électeurs vénézuéliens étaient appelés à se prononcer à l’occasion des élections des conseillers municipaux. Des scrutins marqués par la très large victoire du parti au pouvoir, le PSUV. Il faut préciser que l’opposition avait soit boycotté ces élections, soit été empêchée d’y participer. Un résultat qui est donc tout sauf une surprise même si Diosdado Cabello, le patron du PSUV, le Parti socialiste unifié du Venezuela salue la participation des électeurs vénézuéliens dans les pages d’Ultimas Noticias. Des déclarations qui contrastent avec le compte-rendu et les photos diffusées par El Nacional qui montre des bureaux de vote vides. D’ailleurs, le quotidien publie les chiffres de l’abstention qui a atteint les 70%. Des chiffres que la presse proche du pouvoir ne met surtout pas en avant.

River Plate remporte la finale Copa Libertadores

Une finale qui se jouait dimanche à Madrid entre deux clubs de Buenos Aires : River Plate et Boca Junior. Et c’est donc River Plate qui s’est finalement imposé au terme de ce match retour qui aura été très difficile à organiser, titre ce lundi Clarin. Victoire 3-1 après le match nul un partout lors de la rencontre aller. Un match magnifique, selon le quotidien. Il aura fallu attendre les prolongations pour connaître le nouveau champion sud-américain. Une victoire célébrée comme il se doit dans les rues de la capitale argentine, même si des incidents ont été rapportés devant l’obélisque de Buenos Aires, lieu où les supporters de River vont traditionnellement fêter les titres. Des incidents qui ont occasionné quelques dégâts et arrestations selon La Nacion.

Chronologie et chiffres clés