rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • CAN 2019 : l’Afrique du Sud obtient le dernier ticket pour la phase finale en battant la Libye (2-1)
  • CAN 2019 : la Tanzanie sera en Egypte pour la phase finale après s’être imposée 3-0 face à l’Ouganda déjà qualifiée
  • Football : l'équipe du Bénin s'est qualifiée pour la Coupe d'Afrique des nations 2019 en éliminant celle du Togo 2-1
  • CAN 2019 : le Congo-Brazzaville n’ira pas en Egypte après une défaite face au Zimbabwe (2-0)
  • CAN 2019 : la RDC se qualifie pour la phase finale en battant le Liberia 1-0 grâce à Cédric Bakambu

Cuba Miguel Díaz-Canel Bolivie Evo Morales Argentine Droits des femmes Pérou Environnement

Publié le • Modifié le

A la Une: volte-face du gouvernement cubain sur l'activité économique privée

media
Le président cubain Miguel Diaz-Canel REUTERS/Fernando Medina

« Ces huit dernières années le nombre de personnes exerçant une activité économique privée a été en constante augmentation », explique Granma. « De 157 000 en 2010, il s'élève aujourd'hui à 589 000, ce qui représente 13% de la population. La ministre cubaine du Travail, Margarita Gonzalez, a déclaré que cette forme de travail non étatique, désormais reconnue dans la modernisation du modèle économique et social de l'île castriste, a généré des emplois et permis de décharger l'Etat. Toutefois, poursuit le journal officiel, les autorités avaient également constaté des violations des lois en vigueur qui encadrent l'entrepreneuriat privé, comme des cas de fraudes fiscales ou l'utilisation de matières premières d'origine illicite. Et c'était la raison pour laquelle le gouvernement avait publié en juillet dernier 20 lois plus restrictives pour que le secteur privé évolue de manière ordonnée et disciplinée. »

Ces vingt lois auraient dû entrer en vigueur demain, vendredi. Mais à la surprise générale, la ministre cubaine du Travail a annoncé hier soir à la télévision un assouplissement de certaines de ces mesures. Ce sont les points les plus polémiques qui ont finalement été revus. Cuba Debate parle de « modifications significatives ». « La loi qui devait limiter à une licence d'activité par personne et par local a été levée », détaille le média en ligne. Retirée aussi, la loi de limitation de 50 couverts par restaurant tout comme le texte obligeant chaque entrepreneur à avoir un compte en banque, sauf pour certaines activités.

La ministre du Travail a reconnu que les vingt mesures avaient provoqué « un certain malaise dans le secteur privé », souligne le quotidien Juventud Rebelde. Le journal se réjouit de la prise en compte de l'opinion publique cubaine dans la prise de décisions politiques. Et il cite ce tweet du président Diaz-Canel qui salue, « la confiance en une direction collective et en lien permanent avec le peuple, garantissant ainsi la participation de celui-ci dans les tâches révolutionnaires ».

La Bolivie se réveille ce matin en pleine grève nationale qui s'annonce tendue

La colère est grande après la décision de la Cour suprême du pays de donner son feu vert à une nouvelle candidature du président Evo Morales pour un quatrième mandat. Alors que, faut-il le rappeler, les Boliviens s'étaient prononcés majoritairement contre cette possibilité lors d'un référendum et que l'opposition considère cette nouvelle candidature anticonstitutionnelle.

C'est pour manifester cette colère que de nombreuses associations civiques ont appelés à la grève aujourd'hui, rapporte La Razon. « Rejoint par des secteurs de l'opposition politique, les manifestants promettent une opération "villes mortes" dans hui des neuf régions boliviennes, des barrages routiers et même des grèves de la faim ». Un mouvement de protestation qui se veut, selon le quotidien El Diario, être « une résistance pacifique de la société civile pour défendre la démocratie du pays ».

Les sympathisants d'Evo Morales et les militants de son parti, le MAS, annoncent de leur côté vouloir défendre coûte que coûte la nouvelle candidature de leur champion, candidature qu'ils jugent légale et légitime.

Les Argentines marchent contre féminicides

En Argentine des milliers de femmes ont marché ce mercredi contre l'acquittement de trois hommes, accusés d'avoir drogué, violé puis tué une jeune adolescente de 16 ans, Lucia Perez, en 2016.

« La semaine dernière, les juges avaient acquitté les hommes de l'accusation de féminicide mais les avaient condamnés à huit ans de prison pour vente de drogue », rappelle Excelsior aujourd'hui. « Ce jugement, émis par des juges exclusivement masculins qui acquittent donc des accusés masculins a provoqué une vague d'indignation en Argentine. Hier la mère de la victime, Marta Perez, accompagnée de milliers de femmes de tous âges, a marché dans les rues de Buenos Aires pour demander justice. Sur les pancartes », écrit encore Excelsior, « on pouvait lire : "assez de ce pouvoir judiciaire machiste et patriarcal". » En Argentine, une femme meurt toutes les 30 heures de suites de violences.

Pérou : Le Congrès approuve une loi sur l'utilisation des sacs en plastique

L’utilisation des sacs en plastique sera progressivement interdite, se réjouit le site internet péruvien Gestion. « Désormais, les sacs en plastique ne seront plus gratuitement distribués dans les supermarchés. Il faudra les payer et leur prix augmentera crescendo », annonce le média en ligne. « Les sacs en plastiques à usage unique seront progressivement interdits sur l'ensemble du territoire national, et dans un premier temps, dans l'ensemble des sites naturels protégés. Le gouvernement estime pouvoir réduire l'utilisation des sacs en plastique de 35% rien que durant la première année ».

El Commercio note de son côté que la société est prête pour ce changement, tout comme la classe politique. « La loi a été adoptée par 96 voix pour, 0 contre et 2 abstentions ». 

Chronologie et chiffres clés