rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Cyclone au Mozambique: le bilan «pourrait dépasser le millier de morts» selon le président Nyusi
  • Russie: Vladimir Poutine promulgue 2 lois, l'une contre les «fausses nouvelles» et l'autre punissant les «offenses aux symboles de l'Etat»
  • EasyJet annonce se retirer des discussions sur la reprise d'Alitalia
  • Pays-Bas: trois morts et neuf blessés durant les fusillades à Utrecht (maire)
  • Un homme originaire de Turquie recherché après les fusillades d'Utrecht (police néerlandaise)
  • Syrie: l'armée «libèrera» les zones kurdes par la «force» ou par des «accords» (ministre)
  • «Gilets jaunes»: le coût des dégâts liés aux manifestations estimés à 170 millions d'euros par la fédération française de l'assurance (FFA)
  • En France, le chanteur congolais Koffi Olomidé a été condamné à 2 ans de prison avec sursis pour agressions sexuelles sur mineure de 15 ans

Russie Etats-Unis Donald Trump Justice

Publié le • Modifié le

Le Kremlin répète n'avoir «rien à voir» avec l'enquête russe

media
Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. REUTERS/Sergei Karpukhin

La Russie a affirmé, ce jeudi 8 novembre, n’avoir « rien à voir » avec l'enquête américaine sur les accusations d’ingérence de ses services lors de l’élection de 2016. La veille, Donald Trump a limogé son ministre de la Justice Jeff Sessions, à qui il reprochait de s'être récusé dans cette même enquête.


La Russie « n'a rien à voir » avec l'enquête américaine sur les accusations d'ingérence de Moscou dans la campagne de l'élection présidentielle de 2016, a répété ce jeudi 8 novembre le porte-parole du Kremlin.

« Cette enquête, c'est un mal de tête pour nos collègues américains. Elle n'a rien à voir avec nous », a déclaré Dmitri Peskov aux journalistes, qui lui demandaient si le limogeage mercredi 7 novembre du ministre américain de la Justice Jeff Sessions pourrait influencer l'enquête menée par le procureur Robert Mueller.

« Jusqu'à présent, ce qu'a produit la commission Mueller peut difficilement soutenir une évaluation critique sérieuse », a ajouté M. Peskov.

Jeff Sessions, « très faible » selon Trump

Jeff Sessions a présenté mercredi 7 novembre sa démission « à la demande » du président américain Donald Trump. Jeff Sessions, un ultra-conservateur, faisait partie des premiers à rallier le magnat de l'immobilier lors des primaires de 2016.

Mais le locataire de la Maison blanche n'a pas supporté que ce fidèle se récuse en mars 2017 dans l'enquête sur l'ingérence russe présumée dans la campagne électorale de 2016, dont un volet porte sur les soupçons de collusion entre Moscou et l'équipe du candidat Trump.

Depuis plus d'un an, Donald Trump reprochait à Jeff Sessions d'être un ministre « très faible » incapable de le protéger d'une « injuste chasse aux sorcières ».

Robert Mueller, qui fut directeur du FBI de 2001 à 2013 sous George W. Bush puis Barack Obama, tente de déterminer s'il y a eu collusion entre Moscou et l'équipe de campagne de Donald Trump lors de l'élection présidentielle de 2016, et également si ce dernier s'est rendu coupable d'obstruction à la justice. La Russie dément toute ingérence.

(avec AFP)

Chronologie et chiffres clés