rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Etats-Unis Donald Trump

Publié le • Modifié le

Nouvelle violente passe d'armes entre Trump et la presse

media
Conférence de presse de Donald Trump à la Maison Blanche le 7 novembre 2018. REUTERS/Jonathan Ernst

Au cours d'une longue conférence de presse ce mercredi, au lendemain des élections de mi-mandat où le parti républicain a renforcé sa majorité au Sénat mais perdu la Chambre des représentants, Donald Trump a eu une violente altercation avec un journaliste de CNN. Au point que la chaîne s’est fendue d’un communiqué. Mercredi soir, la Maison Blanche a annoncé suspendre l'accréditation de ce journaliste.


Avec notre correspondante à WashingtonAnne Corpet

Jim Acosta couvre la Maison Blanche pour CNN et est régulièrement pris à partie par le président, mais il ne s’attendait sans doute pas à être ainsi malmené pendant une conférence de presse, un exercice qui se déroule dans une atmosphère habituellement policée.

Jim Acosta a commencé par évoquer la caravane de migrants en route vers la frontière sud des Etats-Unis : « Ils sont à des centaines et des centaines de kilomètres, ce n’est pas une invasion ». Réponse de Donald Trump : « Honnêtement, vous devriez me laisser gérer le pays. Occupez vous de CNN et si vous le faisiez bien... »

Mais le journaliste tente de relancer le président. Et Donald Trump s’agace visiblement : « Ça suffit, ça suffit, ça suffit. »

Une assistante de l'équipe de la Maison Blanche tente de prendre le micro des mains du journaliste, mais pugnace il insiste : « Sur l’enquête russe, êtes-vous inquiet que vous pourriez... »

Réplique du président : « Je ne m’inquiète de rien au sujet de l’enquête russe, parce que c’est un canular, ça suffit, posez ce micro. »

La confusion s’installe dans la salle, le président fait quelques pas et reprend le micro. « Je vais vous dire, CNN devrait avoir honte de vous avoir comme employé. Vous êtes terriblement grossier, vous ne devriez pas travailler pour CNN. »

Un autre journaliste prend la défense de Jim Acosta. Mais le président lui réplique : « Je ne vous aime pas beaucoup non plus ». Il lui intime de s’asseoir. Et assène : « Quand vous rapportez de fausses informations, ce que fait beaucoup CNN, vous êtes l’ennemi du peuple. »

« Les attaques du président contre la presse vont trop loin » a riposté la chaîne de télévision par communiqué. « Elles sont non seulement dérangeantes, mais aussi étrangement antiaméricaines ».


La Maison Blanche a annoncé mercredi soir suspendre son accréditation à Jim Acosta

« Je viens de me faire refuser l'accès à la Maison Blanche », a confirmé sur Twitter Jim Acosta. « Le Président Trump croit en une presse libre (...) Nous ne tolérerons cependant jamais qu'un reporter pose sa main sur une jeune femme essayant simplement de faire son travail de stagiaire à la Maison Blanche », a tweeté Sarah Sanders, la porte-parole de l'exécutif américain, pour justifier cette décision.

Chronologie et chiffres clés