rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Egypte: des dizaines de défenseurs des droits humains sont détenus dans des lieux inconnus (Human Rights Watch)
  • Israël: Netanyahu estime que des élections anticipées seraient une «erreur»
  • Mouvement des «gilets jaunes» en France: plus de 400 personnes blessées, dont 14 gravement selon Castaner (RTL)

Canada

Publié le • Modifié le

Québec: début des débats télévisés en vue des élections générales

media
Le Premier ministre sortant Philippe Couillard (photo) s'est retrouvé sur la défensive lors du premier débat. REUTERS/Gonzalo Fuentes/File Photo

Un débat entre les quatre principaux chefs de parti se déroulait jeudi à la télévision québécoise en vue de préparer les prochaines élections du 1er octobre. Pas de grand gagnant ni de perdant, mais le meneur actuel dans les sondages, François Legault de la Coalition Avenir Québec, n'a pas commis de faux pas.


Avec notre correspondante à Québec, Pascale Guéricolas

Pour une rare fois depuis des décennies, la campagne électorale québécoise ne porte pas sur la question de l'indépendance. Le Parti québécois, qui défend cette option, a affirmé d'entrée de jeu qu'il ne tiendrait pas de référendum sur la question avant 2022.

Plutôt que de parler d'identité québécoise, son chef Jean-François Lisée s'en est donc pris hier soir à la gestion du système de santé du gouvernement sortant, dominé selon lui par les médecins : « Les médecins sont essentiels. Ils font un travail remarquable. Mais libérons les autres gestes cliniques pour leur donner plus de temps pour les vrais cas lourds, en acceptant de partager le pouvoir avec les 200 000 professionnels de la santé qui ne demandent que ça. »

Autre sujet qui divise, la question de l'immigration. Chaque année, le Québec accueille environ 50 000 nouveaux venus, soigneusement sélectionnés. La Coalition Avenir Québec, en tête dans les intentions de vote, voudrait diminuer ce nombre de 20 %. Son argument : bon nombre des immigrants ne maîtrisent pas le français.

Le chef de cette formation politique a donc essuyé les critiques de Philippe Couillard, le Premier ministre sortant, son principal adversaire : « Vous leur faites peur. Ces familles, ces hommes, ces femmes, ces enfants qui vous écoutent, vous leur faites peur. »

« Les Québécois sont tannés de vous avoir comme donneur de leçon au Québec Monsieur Couillard », lui a répondu François Legault.

Deux autres débats organisés d'ici fin septembre aideront peut-être les Québécois à faire leur choix.