rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Le prix Goncourt des lycéens est décerné à David Diop pour «Frère d'âme» paru au Seuil
  • Affaire Khashoggi: le parquet saoudien requiert la peine de mort pour cinq personnes accusées d'avoir drogué et démembré le journaliste
  • Suella Braverman, secrétaire d'Etat chargé du Brexit, est la quatrième personne à démissionner au sein du gouvernement britannique
  • Brexit: Esther McVey, la ministre du travail, est la troisième personne à démissionner au sein du gouvernement britannique
  • Justice internationale: les arrestations de l'opposant Navalny visaient à «étouffer le pluralisme politique» en Russie (CEDH)
  • Accord sur le Brexit: démission du ministre britannique en charge du dossier, Dominic Raab
  • Accord sur le Brexit: c'est «une bonne nouvelle pour l'économie française» (Le Maire)
  • Electricité: fermeture possible des centrales à charbon françaises après 2020 (gestionnaire)

Chili Droits des femmes Droits de l’homme Sexualité Questions sociales Société

Publié le • Modifié le

Au Chili, une loi va favoriser le changement de genre pour les transsexuels

media
Une femme fantastique du réalisateur Sebastian Lelio avec Daniela Vega a obtenu en mars 2018 l'Oscar du meilleur film en langue étrangère. REUTERS/David McNew

Le Parlement chilien doit se prononcer ce mercredi 12 septembre sur la légalisation du changement de sexe à l'état civil pour les personnes transgenre, y compris les 14-18 ans. Le projet de loi a été adopté la semaine dernière par le sénat chilien. Si les députés en font de même ce mercredi, les personnes transgenre pourront officiellement changer de nom et de sexe à l'état civil, alors que cela est impossible aujourd'hui au Chili.


De notre correspondante à Santiago,

Daniela Vega, actrice transgenre chilienne, s'est fait connaître pour son rôle dans le film chilien Une femme fantastique, qui a reçu l'Oscar du meilleur film étranger cette année. Et bien qu'elle se revendique comme femme depuis très longtemps, elle a toujours son nom de naissance, un nom d'homme, sur ses papiers d'identité et elle ne peut pas non plus demander un changement de sexe à l'état civil. Une femme fantastique raconte le parcours d'une transgenre qui est confrontée à la mort de son compagnon, mais aussi les discriminations qu'elle subit au quotidien. Le film a fait connaître Daniela Vega auprès du grand public, et depuis, elle défend inlassablement les droits des personnes transsexuelles, et en particulier la légalisation du changement de sexe et de nom à l'état civil, y compris pour les mineurs.

Une simple déclaration au bureau de l’état civil

Si cette loi est adoptée, cela permettrait aux personnes transgenres de changer de nom et de sexe assez facilement à l'état civil chilien. Elles n'auraient pas besoin de prouver qu'elles se sont fait opérer pour changer de sexe, comme cela est parfois demandé dans certains pays. Deux cas particuliers sont toutefois prévus par le projet de loi, pour lesquels il faudra passer par un tribunal. D'abord les personnes mariées : elles devront divorcer si elle souhaite changer de sexe, car le mariage homosexuel n'est pas autorisé au Chili. Et d'autre part, les adolescents entre 14 et 18 ans : ils devront obtenir le soutien de leurs parents, et l'accord d'un juge aux affaires familiales. Les moins de 14 ans par contre n'auront pas le droit de changer de sexe, même avec l'accord de leurs parents.

Un président conservateur qui soutient le projet de loi

Le président de droite Sebastian Piñera et son gouvernement soutiennent publiquement ce projet de loi. Ils ont appelé à voter pour le texte même si au départ il avait été présenté par le gouvernement de la socialiste Michelle Bachelet il y a 5 ans. Malgré tout, en effet, les députés les plus conservateurs de la coalition s'apprêtent à voter contre, tout comme quelques parlementaires proches des églises évangéliques. Cela ne devrait pourtant pas suffire pour éviter l'adoption du texte. Ensuite, il faudra encore attendre la validation de la loi par le tribunal constitutionnel, dernière étape importante. Si la loi est finalement promulguée, le Chili rejoindrait alors l'Argentine, l'Uruguay, le Pérou ou encore la Colombie, les pays de la région qui permettent déjà aux personnes transgenre de changer de nom et de sexe.