rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Equateur Colombie Venezuela Migrations Internationales

Publié le • Modifié le

L’Equateur déclare l’état d’urgence face à l’afflux de migrants vénézuéliens

media
Des migrants vénézuéliens massés sur le pont de Rumichaca, à la frontière entre la Colombie et l'Equateur, le 9 août 2018. REUTERS/Daniel Tapia

En Equateur, plus de 4 000 migrants vénézuéliens arrivent chaque jour en passant par la Colombie, situé entre le Venezuela et l'Equateur. Une pression migratoire historique qui a obligé l'Equateur à déclarer l'état d'urgence dans trois de ses provinces.


Avec notre correspondant, Eric Samson, de retour du pont de Rumichaca, à la frontière entre l'Equateur et la Colombie

Les migrants arrivent généralement à l’aube, lorsque les bus terminent leur voyage depuis le nord de la Colombie. Ils débarquent avec les rares biens qu’ils ont réussi à porter et forment des queues qui congestionnent les douanes colombiennes et équatoriennes pendant des heures.

Mal protégés du froid encore vif à 2 500 m d’altitude, les migrants vénézuéliens reçoivent parfois une boisson chaude de volontaires, mais ces derniers sont aujourd’hui dépassés.

Durant le premier semestre, 2 500 Vénézuéliens franchissaient la frontière équatorienne tous les jours. Ils sont plus de 4 200 depuis lundi 6 août, presque le double.

L‘état d’urgence va permettre de mobiliser des moyens pour mieux les recevoir. Beaucoup sont en effet malades faute de médicaments dans leur pays.

Au début de la semaine, le ministère équatorien de la Santé avait une équipe de sept personnes installées sous une tente… ils sont désormais 22 qui vaccinent tous les jours de 150 à 250 enfants et traitent leurs parents souvent victimes de déshydratation et autres infections intestinales.

L’état d’urgence a été décrété dans les provinces du Carchi et de Pichincha, mais également dans celle d’El Oro d’où de nombreux Vénézuéliens continuent leur voyage vers le Pérou.

Le gouvernement a déclaré l'état d'exception dans les trois principales provinces par lesquelles transitent les Vénézuéliens qui entrent en Equateur... une population en situation de vulnérabilité
Manuel Hoff (OIM): cette décision du gouvernement équatorien a permis d'activer des mécanismes qui permettent de répondre rapidement aux besoins de ces personnes vulnérables Responsable de l'OIM pour l'Equateur 10/08/2018 - par RFI Écouter

Des agents d'immigration supplémentaires, plus de médecins, de travailleurs sociaux et de psychologues seront déployés le long de la frontière entre la Colombie et l'Equateur. Voilà concrètement à quoi va servir cet état d'urgence mis en place par le gouvernement équatorien.

Le but : augmenter le personnel et l'infrastructure nécessaires pour soutenir cette arrivée massive de migrants vénézuéliens. Un soutien administratif, mais aussi médical, car de nombreux Vénézuéliens traversent la frontière équatorienne avec des problèmes de santé tels que des infections intestinales, de la déshydratation, etc.

L'état d'urgence devrait rester en vigueur au moins jusqu'à la fin du mois d'août. Le temps, espère Quito, que se tarisse le nombre de Vénézuéliens qui arrivent en Equateur. Des Vénézuéliens partis de chez eux massivement ces derniers jours de crainte que le nouveau président colombien Ivan Duque ne ferme ses frontières avec le Venezuela.

Dans ce « plan d’urgence migratoire », l’Equateur a annoncé qu’il n’agira pas seul. Puisque certaines organisations internationales comme le HCR fourniront aux migrants des tentes, des rations alimentaires, de l'eau et des kits d'hygiène.

Chronologie et chiffres clés