rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Etats-Unis Donald Trump Russie Royaume-Uni

Publié le • Modifié le

Affaire Skripal: Washington annonce des sanctions économiques contre Moscou

media
Le banc - recouvert d'une tente pour l'enquête - où Sergueï Skripal et sa fille Yulia ont été retrouvés inconscients le 4 mars 2018, dans le centre de Salisbury, au Royaume-Uni. REUTERS/Peter Nicholls

Les Etats-Unis imposent de nouvelles sanctions à la Russie. Cette fois, c’est en réaction à la tentative d’assassinat contre Sergueï Skripal, ancien agent double russe qui avec sa fill, avait été empoisonné avec un agent innervant, le Novichok. Washington estimant que Moscou est responsable, une première série de mesures économiques contraignantes entreront en vigueur dès le 22 août. Une deuxième vague de sanction est prévue dans trois mois. Ironie du calendrier : l’annonce du département d’Etat tombe le jour où un sénateur a remis à Poutine un courrier amical de Donald Trump, nouvelle preuve du double discours américain envers la Russie.


Avec notre correspondant à New York,  Grégoire Pourtier

Les Etats-Unis ayant officiellement la certitude que Moscou est bien responsable de la tentative d’assassinat de Sergueï Skripal, et en vertu d’une loi de 1991 contre l’utilisation d’armes chimiques et biologiques, une batterie de sanctions économiques sera déclenchée dans deux semaines.

En fait, le Congrès demandait depuis plusieurs mois que ces mesures soient prises et la Maison Blanche traînait des pieds.

Mais interpellée par plusieurs élus, notamment de la majorité républicaine, et embourbée dans le flou ayant suivi la rencontre d’Helsinki entre Donald Trump et Vladimir Poutine, l’administration n’avait plus vraiment d’autre choix que d’imposer des sanctions, théoriquement automatiques si un pays se rend coupable d’utilisation d’arme chimique.

ANALYSE
On voit qu'à l'intérieur de l'administration Trump il y a de plus en plus un écart entre le président qui lui veut absolument se rapprocher de la Russie, qui souhaite très visiblement développer une relation personnelle avec Vladimir Poutine, et de l'autre côté une administration diplomatique qui elle considère toujours que la Russie est un ennemi.
Corentin Sellin, professeur d'histoire et spécialiste des Etats-Unis 09/08/2018 - par Anissa El Jabri Écouter

La première vague de sanctions tel que prévu par la loi devrait avoir un impact limité, dans la mesure où la Russie est déjà soumise à d’importantes restrictions. Mais la deuxième vague, qui doit tomber trois mois plus tard, pourrait, elle, être beaucoup plus conséquente.

A noter, enfin, que les Etats-Unis ont déjà utilisé ce texte cette année. C’était en mars contre la Corée du Nord après l’assassinat du demi-frère de Kim Jong-un au moyen d’une substance neurotoxique. Coïncidence : la décision avait été rendue publique quelques heures après l’empoisonnement de Skripal.

Chronologie et chiffres clés