rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Riyad salue l'accord sur le Yémen et se déclare favorable à une solution politique (officiel)
  • France: Edmond Simeoni, figure de l'autonomisme corse, est décédé à 84 ans (entourage)
  • Social: usines en grève, barrages routiers et manifestations en Belgique pour un meilleur pouvoir d'achat
  • Attaque de Strasbourg: le président Emmanuel Macron se rend sur place vendredi après-midi (Elysée)
  • L'Otan indique vouloir «réexaminer» son engagement au Kosovo à cause de sa nouvelle armée (Stoltenberg)
  • Armée au Kosovo: la Serbie restera «sur le chemin de la paix» (Premier ministre)
  • Strasbourg: le marché de Noël rouvre en présence de Christophe Castaner, le ministre de l'Intérieur
  • La Chine indique vouloir suspendre les surtaxes douanières sur les voitures importées des Etats-Unis (officiel)
  • Japon: dix facultés de médecine ont falsifié les résultats au concours d'entrée, indique le ministère de l'Education
  • Kosovo: le Parlement vote la création d'une force armée (AFP)
  • Attaque de Strasbourg: sept personnes en garde à vue, dont deux nouvelles la nuit dernière (procureur de Paris)
  • Côte d'Ivoire: l'opposant Henri Konan Bédié évoque une alliance avec l'ex-président Gbagbo
  • Manifestation des «gilets jaunes»: pour l'«acte V» à Paris, un dispositif «semblable» à celui de samedi dernier (préfet de police)
  • Chine: le premier réacteur nucléaire EPR dans le monde entre en service commercial

Canada Arabie saoudite Droits des femmes

Publié le • Modifié le

L’Arabie saoudite expulse l’ambassadeur canadien après des critiques d’Ottawa

media
Le Premier ministre canadien Justin Trudeau aux côtés de sa ministre des Affaires étrangères Chrystia Freeland, le 31 mai 2018. REUTERS/Chris Wattie

Ce dimanche, le gouvernement saoudien a donné 24 heures à l’ambassadeur canadien pour quitter le pays, tout en rappelant son propre ambassadeur à Ottawa. Les relations commerciales avec le Canada sont également suspendues. Officiellement, le gouvernement canadien n’a pas réagi. Une décision qui survient quelques jours après des critiques formulées par le Canada concernant l’arrestation de plusieurs militantes saoudiennes des droits des femmes.


Avec notre correspondante à Montréal, Pascale Guéricolas

Manifestement, l’Arabie saoudite n’a pas apprécié que le Canada réclame vendredi la libération immédiate de militantes des droits des femmes.

Jeudi, la ministre canadienne des Affaires étrangères Chrystia Freeland s’inquiétait sur Twitter de l’emprisonnement de ces femmes, en particulier celui de Samar Badawi.

Cette militante de l’égalité homme-femme est la sœur du blogueur Raif Badawi, lui-même incarcéré en Arabie saoudite depuis six ans pour avoir critiqué l’islam. Sa femme et ses trois enfants vivent au Québec.

Ce gel dans les relations entre les dirigeants canadiens et saoudiens survient après une période d’embellie entre les deux pays sous le précédent gouvernement à Ottawa. Un contrat d’une dizaine de milliards d’euros concernant des véhicules blindés légers vendus aux Saoudiens avait été passé.

Remise en question

Une entente devenue ensuite gênante pour les libéraux au pouvoir quand le grand public a appris que ces véhicules avaient été utilisés contre des civils au Yémen. Le gouvernement a alors pris ses distances avec Ryad. Cela explique peut-être la virulence de la riposte saoudienne aux commentaires canadiens.

Du côté d'Ottawa, on se dit « sérieusement inquiet » lundi de l'expulsion de son ambassadeur à Ryad, annoncée par l'Arabie saoudite en réplique aux critiques répétées d'Ottawa sur la répression des militants de droits de l'homme. « Nous sommes sérieusement inquiets de ces informations de presse et nous cherchons à en savoir plus sur la récente déclaration du Royaume d'Arabie saoudite », a affirmé Marie-Pier Baril, porte-parole du ministère, dans un communiqué.

Chronologie et chiffres clés