rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Commerce: Washington lance de fausses accusations pour «intimider» les autres (Chine)
  • Maldives: le gouvernement indique reconnaître la victoire de l'opposition à la présidentielle (officiel)
  • Russie: l'opposant Alexeï Navalny a été de nouveau arrêté dès sa sortie de prison (porte-parole)
  • Internet: le moteur de recherche Google, né en septembre 1998, célèbre ses vingt d'ans d'activité
  • Pétrole: l'Opep et ses partenaires interviendront pour éviter la pénurie sur le marché s'ils le jugent opportun, dit l'Arabie saoudite
  • Australie: les travaux ont commencé sur le chantier du deuxième aéroport de Sydney, qui doit être livré en 2026
  • Hong Kong interdit un parti indépendantiste, le Parti national (HKNP), une première depuis 1997
  • Birmanie-Rohingyas: pour le chef de l'armée birmane, l'ONU «n'a pas le droit d'interférer»

Haïti Transport Pétrole

Publié le • Modifié le

Violences en Haïti: le gouvernement suspend la hausse du prix des carburants

media
Des voitures brûlées sur le parking d'un hôtel à Port-au-Prince, ce samedi 7 juillet, lors une journée d'intenses violences. HECTOR RETAMAL / AFP

Une vague de violences a gagné Haïti depuis vendredi 6 juillet après-midi, en raison de la décision du gouvernement d'augmenter les prix des produits pétroliers, une hausse oscillant entre 38 et 51%. Après 24 heures durant lesquelles le pays et particulièrement la capitale ont été paralysés, le gouvernement a finalement fait marche arrière. Retour sur ce coup politique de la rue.


Avec notre correspondante à Port-au-Prince,  Amélie Baron

L’annonce de l'importante hausse des prix du carburant a entrainé vendredi après-midi une vague de violences à travers la capitale. Tous les axes majeurs et même les routes secondaires ont été rapidement condamnés par des barricades en tout genre et des piles de pneus enflammés. Dans la soirée, au moins une personne a été tuée, lynchée par les manifestants, mais le bilan est pour l’heure impossible à définir.

Face à ces violences, tôt samedi matin, le Premier ministre Jack Guy Lafontant a fait une déclaration sur la chaîne de télévision d’Etat pour appeler la population à la patience expliquant que la mesure était inéluctable.

Un tel discours n’a évidemment pas apaisé la colère populaire et la journée de samedi a été le théâtre d’intenses violences. Des commerces ont été pillés, des voitures brûlées. Dans le quartier aisé, très peu de vitrines sont encore intactes.

Finalement, quelques heures après son passage à la télévision, le chef du gouvernement a annoncé sur Twitter que la mesure d’augmentation des tarifs était suspendue jusqu’à nouvel ordre.

Ce recul du gouvernement va sans doute coûter son poste au Premier ministre, mais à quel prix ? Entre les destructions matérielles et la colère de la population qui continue d’alimenter les barricades, cet épisode est un coup dur pour la stabilité du pays.

Chronologie et chiffres clés