rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Nicaragua Daniel Ortega Questions sociales

Publié le • Modifié le

Violences au Nicaragua: une délégation de la CIDH visite une prison à Managua

media
Les familles et amis de détenus impliqués dans le soulèvement populaire contre le président Daniel Ortega manifestent contre leur détention devant la prison, à Managua, le 2 juillet 2018. REUTERS/Jorge Cabrera

Au Nicaragua, les protestations contre le président Daniel Ortega se poursuivent, huit personnes ont été tuées durant la manifestation du week-end dernier. Depuis le mois d'avril, plus de 200 personnes sont mortes lors de manifestations et des milliers de blessés, on compte également de nombreuses arrestations arbitraires. Dans ce contexte de violences, la Commission interaméricaine des droits de l'homme est intervenue lundi 2 juillet. Une délégation de la CIDH s'est rendue dans la prison d'El Chipote à Managua, la capitale.


Depuis le 20 avril, la CIDH estime à 500 le nombre de personnes arrêtées arbitrairement au Nicaragua, certaines sont détenues à El Chipote, une prison de haute sécurité dans la capitale, où s'est rendue Antonia Urrejola, rapporteuse de la Commission.

« Nous n'avons pas constaté de cas de torture, assure-t-elle. Nous avons pu visiter avec l'équipe les installations d'El Chipote et nous entretenir avec quelques prisonniers. Puis nous avons pu exprimer nos préoccupations : les autorités vont autoriser les visites des familles et elles se sont engagées à faire sortir les prisonniers à l'air libre. Je dois dire que malgré tout, ceux que nous avons rencontrés se trouvent dans de bonnes conditions. »

Manifestations

Chaque jour, familles et manifestants se regroupent devant la prison pour exiger la libération des prisonniers. Mais à la sortie de la délégation de la CIDH, beaucoup ont pu constater que leurs proches ne faisaient pas partie de la liste des prisonniers d'El Chipote. L'Alliance civique pour la justice et la démocratie estime que de nombreux manifestants sont détenus dans des prisons clandestines.

La délégation de la Commission interaméricaine des droits de l'homme travaille toute cette semaine au Nicaragua pour exiger la fin de la répression, le démantèlement des milices parapolicières et le respect des droits pour les détenus.