rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Nouvelle-Zélande: la Première ministre Jacinda Ardern donne naissance à une petite fille
  • Bahreïn: acquittement du chef de l'opposition, accusé d'«intelligence» avec le Qatar (militants)
  • Fête de la musique: journée spéciale sur RFI avec la chanteuse Angélique Kidjo

Revue de presse Etats-Unis Singapour Mexique Donald Trump Argentine Kim Jong-un

Publié le • Modifié le

A la Une: le regard décalé du New York Times sur le sommet de Singapour

media
Kim Jong-un et Donald Trump durant leur rencontre au Capella Hotel sur l'île de Sentosa à Singapour. Anthony Wallace/Pool via Reuters

Le quotidien new-yorkais s’attarde sur les moments non préparés de ce sommet entre le président américain Donald Trump et son homologue nord-coréen Kim Jong-un qui ont marqué cette rencontre selon lui. Le New York Times retient par exemple l’image de Kim Jong-un regardant de près la voiture blindée de Donald Trump, avec un président américain qui semblait jouer le rôle d’un vendeur de voitures. Ou encore le clip de quatre minutes diffusé lors de la conférence de presse de Donald Trump, clip dans lequel la Maison Blanche présente l’avenir de la Corée du Nord si d’aventure un accord venait à être conclu. Donald Trump l’a également montré à Kim Jong-un, sur un iPad, selon le quotidien qui ne détaille pas quelle a été la réaction du dirigeant nord-coréen. Autre anecdote rapportée par le New York Times, quelques minutes avant que les deux dirigeants ne signent leur déclaration conjointe, un officiel nord-coréen s’est approché du pupitre muni de gants en latex afin de nettoyer minutieusement le stylo et la table qu’allait toucher Kim Jong-un.

3e et dernier débat présidentiel au Mexique

A un peu plus de deux semaines de l’élection présidentielle prévue le 1er juillet prochain, hier se tenait ce mardi le 3e débat télévisé. Un débat haut en couleur si l’on en croit la presse mexicaine ce matin. Et pour cause, les quatre candidats à l’élection présidentielle n’ont eu de cesse de s’accuser de corruption selon El Universal. Le favori des sondages, Manuel Lopez Obrador, candidat de gauche souvent présenté comme le Mélenchon mexicain, s’est vu accusé d’avoir attribué des contrats publics sans appel d’offre lorsqu’il était maire de Mexico. Accusation proférée par son dauphin dans les sondages, le conservateur Ricardo Anaya, qui s’en est ensuite pris au candidat du PRI qui serait impliqué dans le scandale Odebrecht qui secoue tout le continent. Les deux candidats visés n’ont pas hésité à lui rétorquer que jusqu’à preuve du contraire il était le seul mis en cause officiellement dans une affaire de blanchiment d’argent. La corruption, comme l’ont démontré ces candidats est avec la violence le principal problème au Mexique estime El Universal. Et ce ne sont pas ces candidats qui diront le contraire, ni ceux qui semblent en mesure de mettre un terme à ce fléau.

Une campagne électorale mexicaine minée par la violence

Le 1er juillet prochain, les Mexicains, en plus du scrutin présidentiel, sont également appelés à voter pour des élections locales. Et si jusqu’à présent les candidats pour l’élection présidentielle n’ont pas souffert d’attaque de la part des cartels ou des groupes délictueux, au niveau des candidats locaux l’histoire est bien différente comme le détaille la presse mexicaine tous les jours. Hier par exemple Rosely Magaña, candidate du PRI dans une municipalité de l’État du Quintana Roo, est décédée nous apprend Excelsior. Elle avait été touchée par plusieurs tirs samedi dernier lors d’une réunion politique. Pour l’instant aucun bilan n’a été publié, mais un nombre impressionnant de candidats locaux ont été tués ces derniers mois.

Des détenus argentins en grève de la faim réclament le droit à suivre la Coupe du monde de football

Neuf détenus d’une prison de Puerto Madryn se sont mis en grève de la faim, nous apprend ce mercredi Clarin. Ils réclament aux autorités des télévisions câblées qui fonctionnent. C’est ce qu’ils expliquent dans un courrier adressé à un juge auquel a pu avoir accès le quotidien. « Il s’agit d’un droit indispensable pour toute personne privée de liberté » écrivent-ils. « Nous avons pris la décision de ne pas prendre nos rations de nourriture tant que ce problème ne sera pas réglé », préviennent-ils. L’Argentine fait son entrée en lice samedi prochain face à l’Islande, ce qui laisse encore un peu de temps aux autorités pour réparer les téléviseurs détaille Clarin.

Chronologie et chiffres clés