rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Commerce et Echanges G8 Etats-Unis Canada France

Publié le • Modifié le

Canada: les dossiers qui fâchent du «G6 +1» qui s'ouvre à la Malbaie au Québec

media
Des barrières de sécurité ont été dressées autour du manoir Richelieu qui accueille ce vendredi 8 juin le sommet du G7 pour le protéger d'éventuelles intrusions. Mais la tension sera aussi à l'intérieur tant les dissensions entre membres du G7 sont fortes REUTERS/Yves Herman

Le sommet du G7 s’ouvre dans quelques heures à la Malbaie, sur les bords du Saint-Laurent. Les dirigeants des 7 pays les plus riches de la planète se retrouvent dans une ambiance tendue alimentée par la politique ouvertement protectionniste de l’administration américaine.


Avec notre envoyée spéciale à la Malbaie, Mounia Daoudi

Se dirige-t-on vers un G6 + 1 avec un Donald Trump isolé, déterminé à défendre son « Amérique d’abord », au risque de s’aliéner ses principaux alliés ? C’est la première fois en effet, en 42 ans d’existence du G7, que les dirigeants de ce club très fermé des nations les plus industrialisées arrivent aussi divisés à leur réunion annuelle.

Avec d’un côté, le président de la première puissance –les Etats-Unis–, prêt à jouer cavalier seul pour défendre l’industrie américaine victime selon lui d’une concurrence injuste. Et de l’autre ses six alliés traditionnels, désemparés de le voir systématiquement fouler au pied les principes qui les ont unis pendant des décennies, à savoir le multilatéralisme et le libre-échange.

Les discussions promettent donc d’être tendues car les sujets de désaccords ne manquent pas.

Que des dossiers qui fâchent

Le commerce tout d’abord. La décision de l’administration américaine d’imposer la semaine dernière des droits de douane sur l’acier et l’aluminium européens canadiens ne passe décidément pas. Le sujet sera, avant même le début du sommet de la Malbaie, au menu d’une réunion des Européens du G7, à savoir la France, l’Allemagne, la Grande-Bretagne et l’Italie.

à (re)lire: L’acier et l’aluminium, deux métaux stratégiques pour les industries

Sur le climat ensuite. La France a déjà prévenu qu’elle ne soutiendrait pas une déclaration finale qui ne mentionnerait pas explicitement le soutien à l’accord de Paris.

Et enfin sur les questions de sécurité, au premier rang desquels l’accord sur le nucléaire iranien dénoncé le 8 mai dernier par l’administration Trump et que les autres membres du G7 cherchent à sauver vaille que vaille.

Trump droit dans ses bottes

Des positions qui semblent difficilement conciliables. D’ailleurs Donald Trump, qui recevait hier, jeudi, le Premier ministre japonais Shinzo Abe, a laissé entendre qu’il n'était pas d'humeur à faire des compromis.

Face à lui, le Canadien Justin Trudeau et le Français Emmanuel Macron ont affirmé qu’ils ne céderaient rien sur leurs principes. Ils vont certes chercher à le convaincre qu’une guerre commerciale nuira en premier aux salariés américains. Mais tout porte à croire que chacun restera sur ces positions.

à (re)lire: Aujourd'hui l'économie: Pourquoi la guerre commerciale est un cauchemar pour les patrons américains

 

Chronologie et chiffres clés