rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Canada Pétrole Energies

Publié le • Modifié le

L'Etat canadien rachète le projet de construction du pipeline TransMountain

media
Les pièces du projet TransMountain. Kamloops, Colombie-Britannique, le 29 mai 2018. REUTERS/Dennis Owen

Le gouvernement canadien vient d'annoncer qu'il rachetait le projet de construction d'un pipeline de la Kinder Morgan. Cette entreprise texane menaçait de se retirer de la construction de cet oléoduc devant transporter du sable bitumineux - du pétrole - de l'Alberta vers un port de Colombie-Britannique. Le Canada prévoit de doubler sa production de pétrole d'ici 2040. La prise en main par le gouvernement du projet pour près de 3 milliards d'euros ne fait pas l'unanimité dans le pays.


Avec notre correspondante au Canada,  Pascale Guéricolas

A part la Première ministre de la province de l'Alberta, qui rêve d'exporter son pétrole ailleurs qu'aux Etats-Unis, peu d'élus se réjouissent de voir le gouvernement canadien prendre en charge la construction du pipeline TransMountain. Ce projet suscite en effet beaucoup d'oppositions depuis plusieurs années.

Des groupes environnementaux et des nations amérindiennes font appel aux tribunaux pour le bloquer. Le gouvernement de la Colombie-Britannique, inquiet face à de possibles déversements pétroliers dans le port de Vancouver, combat aussi cet oléoduc. Pourtant, le gouvernement canadien défend le projet, qui devrait créer des milliers d'emplois.

Rien ne dit que le futur oléoduc verra le jour. Si les opposants gagnent la bataille judiciaire, les contribuables canadiens auront payé 3 milliards d'euros pour des infrastructures inutilisables. Un virage à 180° pour le Premier ministre Justin Trudeau, qui s'engageait, de la COP21, à lutter contre les gaz à effet de serre.

→ À relire : Trudeau défend un projet d'oléoduc à l'origine d'une crise politique