rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Revue de presse Venezuela Etats-Unis Nicaragua Union européenne Cuba Pérou Guatemala

Publié le • Modifié le

A la Une: l’Assemblée nationale vénézuélienne réclame l’annulation des élections

media
Les supporters du président vénézuélien Nicolas Maduro applaudissent lors d'un rassemblement de campagne à Charallave, à environ 65 km de Caracas, le 15 mai 2018. © Juan BARRETO / AFP

C’est à lire dans les pages d’El Universal. Les députés de l’Assemblée nationale, qui n’est plus reconnue par les autorités, ont demandé au Conseil National Electoral de suspendre les différents scrutins prévus dimanche dont l’élection présidentielle. Des députés qui appellent également la communauté internationale à accentuer les pressions contre le gouvernement de Nicolas Maduro.

Pendant ce temps, les autorités préparent le scrutin. Selon Ultimas Noticias, journal proche du pouvoir, près de trois mille membres des forces de l’ordre seront mobilisés pour garantir la bonne tenue du scrutin. Par ailleurs, la vente d’alcool sera interdite à compter de ce vendredi et jusqu’à lundi prochain détaille le quotidien qui reprend les déclarations de Nestor Reverol, ministre vénézuélien de l’Intérieur, de la Justice et de la paix.

Après les États-Unis, le Guatemala inaugure son ambassade à Jérusalem

Une inauguration nettement plus discrète que celle de l’ambassade américaine, lundi dernier, si l’on en croit la presse guatémaltèque qui ne laisse que peu de place à cet évènement. L’ouverture de cette ambassade à Jérusalem a été saluée par le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu qui a annoncé selon Prensa libre qu’une rue située non loin de l’ambassade porterait bientôt le nom du Guatemala. Jimmy Morales, le président guatémaltèque, a quant à lui rappelé les liens qui unissent les deux nations. Et selon lui, l’ouverture de cette ambassade va permettre de renforcer les alliances stratégiques et la coopération entre ces deux pays amis.

Au Nicaragua : début ce mercredi du dialogue national

Un dialogue qui doit permettre de mettre un terme à la crise sociale. Et de déterminer également les responsabilités suite à la mort de plus de quarante personnes lors de manifestations il y a près d’un mois. Des manifestations qui avaient été durement réprimées. Le journal Hoy confirme le début de ce dialogue national, ce matin à dix heures, heure locale. Même si selon le quotidien qui cite la conférence épiscopale nicaraguayenne qui coordonne ce dialogue, le gouvernement n’a pas rempli les conditions exigées pour lancer les débats. L’Eglise nicaraguayenne appelle encore les autorités à stopper la répression qui serait encore d’actualité dans certaines régions du pays. Le gouvernement, des représentants du secteur privé, de la société civile et des étudiants ainsi que la conférence épiscopale qui fera office de médiateur participeront à ces discussions selon Hoy qui ne cite pas la CIDH, la Commission interaméricaine des droits de l’Homme qui devait initialement participer à ce dialogue national.

L’Union européenne et Cuba signent un premier accord de partenariat

Ce mardi se tenait la première réunion à Bruxelles entre l’Union européenne et Cuba suite à l’accord de partenariat conclu en novembre dernier entre les deux parties. Et cette première réunion a permis la signature d'un accord pour un projet bilatéral de promotion des énergies renouvelables à Cuba pour dix-huit millions d'euros, nous apprend Granma. Selon Juventud Rebelde, l’Union européenne prévoit également cette année de financer un programme de soutien à la sécurité alimentaire à Cuba avec une contribution plus de dix-neuf millions d'euros. Comme l’a expliqué ce mardi Federica Mogherini ( la haute représentante de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité ) à l’issue des discussions dans des déclarations reprises par Granma : avec cet accord l’Europe met fin à une anomalie. Il faut préciser que Cuba était jusqu’à hier l’un des seuls pays à ne pas avoir de liens contractuels avec l’Union européenne, alors que cette même Union européenne est le premier partenaire commercial de Cuba.

La justice péruvienne interdit à l’ancien président Alberto Fujimori de quitter le pays.

Une interdiction applicable les dix-huit prochains mois selon La Republica. Alberto Fujimori fait toujours l’objet d’une enquête dans une affaire de crime d’État rappelle le quotidien. Il n’a pas le droit de quitter Lima, la capitale. C’est le procureur de la République qui a fait la demande d’une telle mesure de peur que l’ancien dirigeant ne cherche à s’exiler. Une mesure qui ne fera pas l’objet d’appel selon El Comercio qui cite l’avocat d’Alberto Fujimori qui explique qu’il n’a jamais été question de déplacement à l’étranger.

Le Pérou pleure l’absence de son capitaine pour la prochaine coupe du monde

Paolo Guerrero avait été condamné à huit mois de suspension et avait décidé de faire appel de cette décision qui l’empêchait de participer à la Coupe du monde en Russie devant le tribunal arbitral du sport, le Tribunal Arbitral du Sport ( TAS ). Ce dernier il y a deux jours a au contraire alourdi la peine à 14 mois de suspension détaille Peru 21. Une décision vécue comme un camouflet par les Péruviens qui crient au scandale et n’ont pas hésité à s’en prendre au TAS sur les réseaux sociaux notamment sur Twitter raconte le journal. Le problème c’est que le compte @tas n’est pas celui du tribunal arbitral du sport mais d’un certain Tasuku Okawa, un citoyen japonais qui a dû faire face à une déferlante d’insultes et de critiques. Preuve que cette affaire prend une dimension incroyable, hier, le président péruvien a reçu Paolo Guerrero pour lui apporter son soutien dans l’épreuve qu’il traverse précise ce matin Peru 21.

Chronologie et chiffres clés