rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • France/Fraude record à la «taxe carbone»: neuf ans de prison et trois millions d'euros d'amende pour une ex-enseignante marseillaise
  • L'Inde conteste devant l'OMC les droits de douane américains sur l'acier et l'aluminium
  • Justice: «chemise arrachée», trois à quatre mois avec sursis en appel pour quatre ex-salariés d'Air France
  • Italie: le président convoque Giuseppe Conte, Premier ministre pressenti, à 15h30 TU (présidence)
  • Le blogueur et journaliste égyptien Waël Abbas a été arrêté au Caire dans la nuit de mardi à mercredi (avocat)
  • Edouard Philippe annule un déplacement en Israël et dans les territoires palestiniens «pour des raisons d'agenda intérieur» (Matignon)
  • La Commission européenne souhaite obtenir de l'Italie «une réponse crédible» sur sa dette publique

Nicaragua Daniel Ortega

Publié le • Modifié le

Nicaragua: un «dialogue national» qui s’annonce compliqué

media
Un manifestant brandit un drapeau du Nicaragua, le 14 mai 2018 dans une rue de Managua. REUTERS/Oswaldo Rivas

La Conférence épiscopale du Nicaragua a annoncé la convocation d'un dialogue national pour demain mercredi. De cette manière, l'Eglise catholique continue à assumer le rôle de médiateur et de témoin dans cette crise qui dure depuis bientôt un mois et qui aurait fait au moins 60 morts lors de manifestations violemment réprimées par le gouvernement.


Avec notre correspondant régional, Patrick John Buffe

Après plusieurs semaines d'incertitude sur sa tenue, le dialogue national va enfin pouvoir commencer. C'est donc une petite lueur d'espoir pour le Nicaragua, même si les circonstances ne sont pas idéales, au dire même du cardinal Leopoldo Brenes, qui a annoncé l'ouverture des discussions.

Celui qui est aussi l'archevêque de Managua a précisé quels étaient les objectifs de cette rencontre entre la société civile, le secteur privé, les étudiants et le gouvernement : « Nous espérons que le dialogue aborde structurellement le thème des institutions dans le but de trouver un chemin vers leur démocratisation. Et nous espérons parvenir à des accords importants qui se traduisent par des décisions concrètes. »

Ce dialogue a finalement été rendu possible grâce à l'acceptation du gouvernement, ce lundi, d'ouvrir les portes du pays à Commission interaméricaine des droits de l'homme.

Celle-ci pourra donc venir enquêter sur les circonstances de la mort de plus de soixante manifestants. C'était l'une des conditions posée par les évêques à l'ouverture du dialogue. L'autre condition était la fin de la répression. Mais elle est loin d'être remplie, puisque de violents affrontements ont encore eu lieu lundi matin dans l'intérieur du pays.