rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Etats-Unis Donald Trump Défense Syrie

Publié le • Modifié le

Etats-Unis: la stratégie en Syrie repose-t-elle sur l'instinct de Donald Trump?

media
Donald Trump s'exprime sur la Syrie à la Maison Blanche, le 13 avril 2018. REUTERS/Yuri Gripas

Trois jours après les frappes des Etats-Unis, de la France, et du Royaume-Uni, la stratégie pour la Syrie de cette coalition occidentale demeure floue. Car si l’objectif de punir Damas après son emploi présumé d’armes chimiques a été atteint, le régime syrien n’en continue pas moins ses avancées sur le terrain, et le volet diplomatique semble encore un peu plus dans l’impasse. A Washington, l’incertitude est d’autant plus grande que le président Donald Trump semble le plus souvent agir à l’instinct et que le message américain a donc bien bien du mal à être cohérent.


Avec notre correspondant à New YorkGrégoire Pourtier

Quand Donald Trump avait annoncé le retrait des troupes américaines de Syrie, fin mars, il s’agissait d’une initiative personnelle qui avait pris ses conseillers militaires de court. Il avait donc fallu ensuite préciser : retrait de Syrie quand la menace de l’organisation Etat islamique aura été éliminée. Pour faire bonne figure, le Pentagone avait carrément fait mine de planifier ce retrait, mais sans fixer d’échéance.

Alors quand Emmanuel Macron a prétendu dimanche 15 avril au soir qu’il avait convaincu son homologue américain de rester en Syrie, il a fichu la pagaille à Washington. La Maison Blanche pouvait difficilement tolérer que le président français semble lui dicter la stratégie à suivre. Et puis il a fallu démentir cette volonté d’implication à long terme, tout en convenant que les Américains restaient en effet dans la zone, au contraire de ce qu’avait envisagé Trump. Pas facile à suivre.

Autre exemple de la confusion actuelle. L’ambassadrice à l’ONU avait annoncé des sanctions à venir ce lundi 16 avril contre la Russie, soutien de Damas. Rétropédalage quelques heures plus tard : la présidence a finalement déclaré qu’il n’y en aurait peut-être pas, ou bien plus tard. Pourquoi cette volte-face ? Selon le Washington Post, ce serait Trump en personne qui aurait décidé de finalement épargner Moscou, qu’il a pourtant personnellement pointé du doigt ces derniers jours.

Chronologie et chiffres clés