rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Etats-Unis Justice Donald Trump

Publié le • Modifié le

Donald Trump gracie un ex-membre de l’administration Bush condamné pour parjure

media
Le président américain Donald Trump, à Washington, le 9 avril 2018. NICHOLAS KAMM / AFP

Le président américain a gracié un ancien conseiller du vice-président Dick Cheney. Scooter Libby avait été reconnu coupable d'obstruction et de faux témoignage dans une enquête fédérale et condamné en 2007 à deux ans et demi de prison dans l'affaire Valérie Palme, du nom d'un agent de la CIA dont l'identité avait été révélée ce qui constitue un crime fédéral. L’ex-conseiller avait déjà été partiellement gracié par le président Georges Bush, mais le pardon définitif de Donald Trump suscite des réactions indignées dans le camp démocrate.


Avec notre correspondante à Washington, Anne Corpet

« Je ne connais pas monsieur Libby, mais j'ai entendu dire qu'il avait été traité de manière injuste », a déclaré simplement Donald Trump dans le communiqué qui annonce sa grâce. La clémence du président à l'égard d'un homme impliqué dans une affaire des fuites a de quoi étonner à première vue, car Donald Trump ne cesse d'invectiver ceux qui dans son entourage divulguent des informations censées rester confidentielles.

La décision du président a suscité un commentaire acerbe de Valérie Palme, l'agent de la CIA dont l'identité avait été révélée. « Le message est clair, a-t-elle déclaré, vous pouvez commettre des crimes contre la sécurité nationale et vous serez graciés ». Pour le camp démocrate, ce message s'adresse avant tout aux proches du président mis en cause dans l'affaire des ingérences russes et qui sont sous la pression des interrogatoires du procureur Mueller.

« Le fait de pardonner ceux qui mentent sous serment menace l'intégrité de l'enquête du procureur spécial et de notre démocratie », a commenté Nancy Pelosi, chef de l'opposition à la chambre des représentants. Mais la porte-parole de la Maison Blanche l'a assuré : « La grâce de Scooter Libby n'a rien à voir avec l'enquête fédérale en cours ».

Chronologie et chiffres clés