rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Etats-Unis Chine Donald Trump Commerce et Echanges

Publié le • Modifié le

Chine: Trump évoque 100 milliards de dollars de taxes douanières supplémentaires

media
(Photo d'illustration) Le président Chinois Xi Jinping et le président américain Donald Trump lors d’une visite d’État de ce dernier à Pékin. JIM WATSON/AFP

Donald Trump menace la Chine de nouveaux droits de douane, pour un montant de 100 milliards de dollars. C’est un palier supplémentaire dans le conflit commercial qui oppose Washington et Pékin. Les Chinois ont décidé de déposer plainte auprès de l’Organisation mondiale du commerce (OMC).


Donald Trump a choisi l’escalade, écrit notre correspondante à Washington, Anne Corpet. C’est par un communiqué officiel que la Maison Blanche a annoncé que le président envisageait la mise en place de nouvelles taxes sur les produits chinois pour un montant de 100 milliards de dollars. « Plutôt que de remédier à sa mauvaise conduite, la Chine a choisi de s’en prendre à nos fermiers et nos fabricants », accuse Donald Trump qui évoque « des représailles injustes ».

Le président demande au bureau américain du commerce d’identifier les produits chinois qui pourraient être visés. Dans son communiqué, la Maison Blanche accuse la Chine d’avoir détruit des millions d’emplois aux Etats-Unis du fait de ses pratiques commerciales déloyales et du vol de la propriété intellectuelle des Américains. Mais le président souligne qu’il reste prêt à négocier avec Pékin.

Quelques heures plus tôt, le nouveau conseiller économique de Donald Trump avait déclaré dans un élan d’optimisme : « Notre intention n’est pas de punir qui que ce soit. Je pense que nous finirons par parvenir à un accord. » Mais pour l’instant, Donald Trump privilégie la menace et la surenchère à l’art de la négociation.

La Chine se dit injustement ciblée

Pour mieux se défendre, la Chine, qui se dit injustement ciblée, a décidé de déposer plainte auprès de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), indique notre correspondante à Pékin, Heike Schmidt : « Pour défendre ses droits et intérêts, la Chine déclenche la procédure de conciliation », peut-on lire dans le communiqué du ministère du Commerce. Mercredi, le vice-ministre des Finances Zhu Guangyao avait encore tenté de calmer la guerre des mots. En vain : « Nous ne voulons pas d’une guerre commerciale, parce qu’il n’y aura que des perdants des deux côtés. Des actions égoïstes et impulsives ne sont pas une manière appropriée pour aborder les relations économiques entre les deux pays – si importantes pour le bien-être du peuple chinois et américain. »

Depuis Moscou, le ministre des Affaires étrangères, Wang Yi, s’est montré bien plus agressif, en accusant Washington d’hégémonie économique et en appelant le monde à soutenir la Chine : « La communauté internationale doit s’opposer dans son ensemble à de telles actions unilatérales et violation des règles et aider ceux qui pensent que tout leur est permis à retrouver le bon sens », a martelé le chef de la diplomatie.

« Nous ne voulons pas d'une guerre commerciale, a dit ce 6 avril au matin, le ministre du Commerce, Gao Feng, mais nous n'avons pas peur d'une telle guerre. Nous saurons écouter et entendre de quelle façon elle se déploie. Si les Etats-Unis ignorent l'opposition de la Chine et de la communauté internationale et persistent dans leurs mesures unilatérales et protectionnistes, la Chine est prête à aller jusqu'au bout, quel qu'en soit le prix. Et nous allons sans aucun doute prendre de nouvelles mesures pour y riposter - dans l'objectif de défendre les intérêts du pays et du peuple. »

Chronologie et chiffres clés