rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Négociations du Brexit: le chancelier autrichien Sebastian Kurz confirme «un sommet spécial» en novembre 2018
  • Parlement européen: pour Laurent Wauquiez (LR), Orban «a toute sa place au PPE» («Figaro»)
  • Plusieurs centaines de migrants évacués ce jeudi matin du centre de la ville de Nantes
  • Procès Bygmalion: la décision sur les recours de Sarkozy a été reportée au 25 octobre (cour d'appel)
  • France-CSG: 300 000 retraités bénéficieront en 2019 d'un geste fiscal (Philippe)
  • Guerre commerciale: le patron d'Alibaba Jack Ma renonce à sa promesse de créer un million d'emplois aux Etats-Unis (Chine nouvelle)
  • Japon: le Premier ministre Shinzo Abe a été réélu à la tête de son parti (officiel)

Etats-Unis Donald Trump criminalité

Publié le • Modifié le

Donald Trump renonce à augmenter l’âge requis pour acheter des armes

media
Des élèves du lycée victime d'une fusillade manifestent pour plus de contrôle sur les armes à feu, à Fort Lauderdale, aux Etats-Unis, le 17 février 2018. REUTERS/Jonathan Drake/File Photo

Les propositions de la Maison Blanche sur les armes à feu déçoivent les lycéens de Parkland, mobilisés depuis la tuerie qui a fait 17 morts, il y a trois semaines, en Floride. La Maison Blanche prévoit d’autoriser les professeurs à porter des armes dans les établissements scolaires, de financer des programmes de santé mentale pour mieux dépister les personnes à risque, et de mieux vérifier le passé des acquéreurs d’armes. Mais la présidence renonce finalement à faire passer de 18 à 21 ans l’âge requis pour acheter des fusils semi-automatiques.


Avec notre correspondance à Washington,  Anne Corpet

Peu après le massacre de Parkland, Donald Trump avait assuré qu’il était favorable à ce que la limite d’âge pour l’achat d’un fusil semi-automatique passe de 18 à 21 ans. Mais la mesure ne figure pas dans les propositions présentées par la Maison Blanche.

David Hogg, l’un des lycéens de Floride à la tête du mouvement pour un plus strict contrôle des armes à feu voit dans ce revirement la mainmise du lobby des armes à feu sur le monde politique. « Trump ne vaut pas mieux que les autres politiciens. Il avait lui-même dit aux élus de son parti qu’ils étaient sous la coupe de la NRA et que c’était pour cela qu’ils n’osaient pas agir. Mais ensuite il a reculé et a renoncé à agir. Et je lui demande pourquoi ? Montrez-nous que vous valez mieux que les autres politiciens, que vous n’obéissez pas à la NRA et que vous voulez vraiment agir », dit-il.

Dans un tweet, ce lundi matin, le président déclare qu’il manque de soutien politique pour faire passer la mesure et délègue aux Etats la responsabilité de le faire. Mais pour le représentant démocrate de Floride cela n’a aucun sens.

« Si nous n’adoptons pas une norme nationale, nous allons continuer avec ce système qui permet aux gens d’aller acheter des armes dans les Etats les plus laxistes pour ensuite transporter ces armes dans d’autres Etats et mettre la population en danger. C’est pour cela qu’il faut agir à Washington. Il est temps d’avancer et d’agir », souligne Ted Deutch.

Mais il est vrai qu’à l’approche des élections de mi-mandat, les élus du Congrès sont réticents à voter des mesures que combat férocement la NRA, le puissant lobby des armes à feu.

► (Re) lire : Armes à feu: comment la NRA fait sa loi aux Etats-Unis

Chronologie et chiffres clés