rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Etats-Unis Diplomatie Mexique

Publié le • Modifié le

Etats-Unis: nouvelles défections dans la diplomatie

media
Après 31 ans au service du gouvernement américain, Roberta Jacobson va quitter le département d'Etat américain. REUTERS/Edgard Garrido

L'ambassadrice des Etats-Unis au Mexique annonce qu'elle va quitter l'administration américaine début mai. Roberta Jacobson, qui avait été nommée par Barack Obama, ne précise pas les raisons de son départ et se dit simplement « en quête de nouvelles opportunités ». « Nous sommes plus forts ensemble », lance aussi l'ambassadrice sur Twitter. Car ce départ intervient sur fond de tensions permanentes entre les deux pays.


Ce départ intervient sur fond de tension permanente entre le Mexique et les Etats-Unis autour de l'accord de libre-échange nord-américain d'abord, que Donald Trump entend remettre en cause. Tensions aussi et surtout, au sujet du mur qu'il veut faire construire à leur frontière commune. Le président américain n'en démord pas : il a toujours l'intention de faire payer l'énorme facture de cet ouvrage à Mexico.

Les deux chefs de l'Etat auraient justement eu une discussion téléphonique très vive à ce sujet, selon le Washington Post. Résultat : les préparatifs d'une visite aux Etats-Unis du président mexicain ont été abandonnés pour la deuxième fois en seulement un an.

Le département d’Etat affaibli

L'ambassadrice au Mexique n'est pas la première à jeter l'éponge. Cette semaine, déjà, le représentant spécial pour la politique nord-coréenne avait démissionné. Le mois dernier, c'est le sous-secrétaire d'Etat pour les affaires politiques qui avait annoncé son départ. Et un peu plus tôt l'ambassadeur américain au Panama.

Des défections, et des postes non pourvus aussi depuis un an, depuis l'arrivée de la nouvelle administration. Treize postes sont vacants au sein du Secrétariat d'Etat, mais aussi des dizaines de postes d'ambassadeurs. C'est donc la gestion même du Département d'Etat par son chef Rex Tillerson qui pose actuellement question.

Chronologie et chiffres clés