rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Etats-Unis Russie Donald Trump

Publié le • Modifié le

Les renseignements américains s'inquiètent de nouvelles ingérences russes

media
Les six responsables des services de renseignements américains lors de leur audition au Congrès le 13 février 2018. REUTERS/Leah Millis

Les chefs du renseignement américains sont unanimes sur le sujet : la Russie poursuit ses opérations d’influence sur l’électorat américain et tente de peser sur les élections de mi-mandat qui doivent avoir lieu en novembre prochain. Les responsables des six agences de renseignement des Etats-Unis étaient auditionnés mardi 13 février devant le Congrès.


Avec notre correspondante à Washington, Anne Corpet

Les ingérences russes dans la politique américaine n’ont jamais cessé. Le constat est unanime dans tous les services de renseignement américains. C’est Dan Coats, directeur national du renseignement qui s’en est ému le premier devant le Congrès. « Il ne faut avoir aucun doute, la Russie considère que ses efforts passés ont été un succès, et elle utilise les élections de mi-mandat de 2018 comme une cible potentielle pour des opérations d’influence », a-t-il affirmé.

Une information confirmée par le directeur du CIA, Mike Pompeo qui a affirmé que ses services ont « constaté les activités des Russes et leur intention d’influencer les prochaines élections ». Des déclarations aussitôt appuyées par les quatre autres chefs du renseignement américain présents.

Mais depuis son arrivée à la Maison Blanche, la réponse de Donald Trump au sujet des ingérences russes a toujours été : « c’est une invention des démocrates ! », ce qui suscite l’inquiétude du sénateur démocrate Angus King. « On ne peut pas confronter cette menace qui est sérieuse quand le chef du gouvernement continue de nier son existence », a-t-il lancé.

Devant le Congrès, les chefs du renseignement ont précisé que la Maison Blanche ne leur avait donné aucune consigne pour lutter contre les ingérences russes dans la perspective des élections de mi-mandat.

Chronologie et chiffres clés