rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Etats-Unis criminalité Cinéma

Publié le • Modifié le

Etats-Unis: le studio The Weinstein Company assigné en justice

media
Que ce soit pour organiser son emploi du temps, attirer des jeunes femmes ou le protéger, Harvey Weinstein avait méthodiquement mis en place tout une organisation. REUTERS/Steve Crisp/File Photo

Aux Etats-Unis, le studio The Weinstein Company a été assigné en justice pour ne pas avoir protégé ses employés face au harcèlement sexuel et aux intimidations de Harvey Weinstein. Confirmant des enquêtes très fouillées de la presse, l’assignation du procureur de New York lève le voile sur tout un système permettant à Harvey Weinstein d’assouvir ses pulsions et de se protéger. Ayant longtemps fait la loi à Hollywood, il entraîne ainsi aujourd’hui toute sa société dans sa chute.


Avec notre correspondant à New York, Grégoire Pourtier

Harvey Weinstein exigeait de ses chauffeurs à Los Angeles ou New York qu’ils disposent toujours pour lui de préservatifs ou d’injections contre les problèmes d’érection. Le producteur à succès était ainsi un prédateur sexuel méthodique et intimidant, avec plusieurs personnes complices de ses agissements.

Complices ou victimes ? C’est tout un système qui est à démonter, et le studio The Weinstein Company est en tout cas accusé de ne pas avoir protégé ses employés face aux comportements de Harvey qui, avec son frère Robert, avait bâti un empire cinématographique.

Que ce soit pour organiser son emploi du temps, attirer des jeunes femmes ou le protéger, Weinstein avait mis en place tout une organisation, et se croyait sans doute intouchable.

De nombreuses plaintes

De nombreuses plaintes du personnel avaient pourtant été déposées, et n’ont pas été prises en compte, justifiant aujourd’hui l’assignation pour « violations des droits de l'homme, des droits individuels, et du droit du travail ».

Conséquence de cette action en justice, la reprise du studio de The Weinstein Company pourrait être remise en cause.

Un plan à 500 millions de dollars était annoncé comme imminent mais aux yeux du procureur, il ne prévoirait pas d’indemnisation suffisante des victimes du producteur déchu.

Chronologie et chiffres clés