rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Affaire Benalla: Emmanuel Macron prendra la parole publiquement «quand il le jugera utile» (entourage du président)

Mexique Guatemala Honduras Salvador Etats-Unis Migrations Internationales Réfugiés

Publié le • Modifié le

Mexique: le voyage au bout de l'enfer de 300 migrants centraméricains

media
«Aucun migrant est illégal.» Manifestation à Mexico le 2 février 2018 alors que Rex Tillerson, secrétaire d'Etat américain est en visite au Mexique. REUTERS/Carlos Jasso

Lors de deux opérations différentes, les autorités mexicaines ont intercepté plus de 300 migrants originaires d'Amérique centrale, qui se rendaient clandestinement aux Etats-Unis. Cachés dans des camions, ils voyageaient dans des conditions déplorables, au péril de leur vie.


Avec notre correspondant à Mexico,  Patrick John Buffe

Ils étaient 198. Ils venaient du Guatemala, du Honduras et du Salvador. Entassés dans deux semi-remorques dépourvus de ventilation, ils voyageaient dans des conditions de totale insalubrité, sans eau ni nourriture. Parmi eux, 79 étaient des enfants, dont 24 n’étaient pas accompagnés par leurs parents.

Leur voyage s’est interrompu dans l'Etat de Tamaulipas, frontalier avec les Etats-Unis, lorsque l’armée a détecté, grâce à un scanner, la présence d’êtres humains dans ces deux véhicules.

Le jour d'avant, les autorités migratoires avaient déjà arrêté une centaine de Centraméricains. Cachés eux aussi dans un camion qui les conduisait au nord du Mexique, ils présentaient des signes de déshydratation et d’asphyxie.

Pour ces 300 migrants, c'était la fin d’un voyage d’autant plus dangereux qu’ils couraient aussi le risque d’être enlevés par les narcotrafiquants.

Mais leur chemin de croix ne s’arrête pas là. Car les autorités mexicaines vont les renvoyer en Amérique centrale, sans toujours prendre en compte le droit d’asile dont peuvent bénéficier ceux d'entre eux qui ont fui leur pays en raison de la violence ou des gangs qui mettaient leur vie en péril.

→ À relire : Trump démantèle le programme DACA, les Mexicains réagissent

Chronologie et chiffres clés