rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Davos: Trump rencontrera May, Netanyahu, Kagame (Maison Blanche)
  • Maduro se dit prêt à se présenter à sa réélection à la présidentielle au Venezuela
  • Trump va appeler Erdogan pour évoquer l'offensive turque en Syrie (officiel)
  • Offensive turque en Syrie: Macron dit sa «préoccupation» à Erdogan (Elysée)
  • Libre-échange: Trump juge que les négociations sur l'Aléna «avancent bien»
  • France/Corse: Gilles Simeoni, déçu par l'attitude de l'Etat, appelle à "une grande manifestation" (tweet)
  • Venezuela: le gouvernement convoque une élection présidentielle anticipée avant fin avril

Chili Banque mondiale Michelle Bachelet

Publié le • Modifié le

Chili: les chiffres «injustement» modifiés de la Banque mondiale font polémique

media
La modification des indicateurs dans un rapport de la Banque mondiale sur le climat des affaires a porté préjudice au Chili sous la présidence Bachelet. Reuters

La Banque mondiale a « injustement » modifié les indicateurs de l'un de ses principaux rapports annuels, au préjudice du Chili. C'est ce qu'a reconnu vendredi soir dans le Wall Street Journal l'économiste en chef de cette agence financière des Nations unies. Paul Romer a expliqué que la méthodologie de ce rapport sur le climat des affaires serait corrigée au moins en ce qui concerne les quatre dernières années. Or, cette période correspond au dernier mandat de la présidente socialiste sortante, Michelle Bachelet.


Avec notre correspondante à Santiago, Justine Fontaine

La présidente Michelle Bachelet a réagi sur son compte twitter ce samedi : « Les classements internationaux ont un impact sur l'investissement [...], compte tenu de la gravité des faits nous demanderons à la Banque mondiale une enquête approfondie », a affirmé la socialiste, sur le point de quitter le pouvoir.

Son ministre de l'économie a été plus sévère : il parle d'un « véritable scandale », d'une « arnaque ».

Il faut dire que les déclarations de l'économiste en chef de la Banque mondiale sont fortes : Paul Romer admet que les indicateurs du rapport annuel sur le climat des affaires dans le monde ont été modifiés, portant préjudice au Chili sous la présidence de Michelle Bachelet, et ajoute que ces changements méthodologiques pourraient avoir été faits à des fins politiques, sans relation avec la réalité. Il a présenté ses excuses au pays.

Conséquence politique

Pour autant, de son côté, l'économiste responsable du rapport sur le Chili, lui-même originaire de ce pays, a nié toute volonté de manipulation.

Lors de la toute récente campagne présidentielle, Sebastian Piñera avait insisté sur ses capacités à relancer les investissements dans le pays et lourdement critiqué le bilan économique de Michelle Bachelet.