rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Equateur WikiLeaks Royaume-Uni Etats-Unis Justice

Publié le • Modifié le

Naturalisé par l’Equateur, Julian Assange reste bloqué à l’ambassade à Londres

media
Le créateur australien de WikiLeaks Julian Assange, au balcon de l'ambassade équatorienne à Londres, le 19 mai 2017. REUTERS/Peter Nicholls

Le cyberactiviste et fondateur de WikiLeaks Julian Assange a obtenu, jeudi 11 janvier, la nationalité équatorienne. Il n’en reste pas moins toujours bloqué dans les locaux de l’ambassade équatorienne à Londres.


Avec notre correspondant à Quito,  Eric Samson

1729926483. Voilà le numéro de carte d’identité équatorienne de Julian Assange qui s’est affiché sur son compte Twitter portant le maillot de l’équipe équatorienne de football.

Selon la ministre locale des Affaires étrangères et de la Mobilité humaine, Maria Fernanda Espinosa, le fondateur de WikiLeaks a fait sa demande de naturalisation le 16 septembre dernier et a obtenu la nationalité le 20 décembre.

La date n’est pas neutre. Ce même jour, le ministère a demandé aux autorités britanniques d’accepter un statut de personnel consulaire pour Julian Assange.

Cela aurait permis au journaliste équato-australien de quitter l’ambassade où il est reclus depuis 5 ans grâce à son statut diplomatique. Cette demande a été refusée par Londres dès le 21 décembre, confirmant ainsi les informations publiées récemment par le quotidien britannique The Guardian.

Même si la plainte pour supposés délits sexuels a été archivée par la justice suédoise, les autorités britanniques reprochent à Assange d’avoir violé les termes de sa libération conditionnelle en se réfugiant dans les locaux de l’ambassade équatorienne à Londres. Elles lui demandent de se rendre alors que la ministre Espinosa qualifie la situation d’Assange d’humainement « insoutenable ».

Chronologie et chiffres clés