rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Davos: Trump rencontrera May, Netanyahu, Kagame (Maison Blanche)
  • Maduro se dit prêt à se présenter à sa réélection à la présidentielle au Venezuela
  • Trump va appeler Erdogan pour évoquer l'offensive turque en Syrie (officiel)
  • Offensive turque en Syrie: Macron dit sa «préoccupation» à Erdogan (Elysée)
  • Libre-échange: Trump juge que les négociations sur l'Aléna «avancent bien»
  • France/Corse: Gilles Simeoni, déçu par l'attitude de l'Etat, appelle à "une grande manifestation" (tweet)
  • Venezuela: le gouvernement convoque une élection présidentielle anticipée avant fin avril

Etats-Unis Justice Russie

Publié le • Modifié le

Etats-Unis: Manafort porte plainte contre le procureur spécial Mueller

media
Paul Manafort (photo d'archives). ©REUTERS/Carlo Allegri

C’est la contre-attaque de Paul Manafort, inculpé dans l'affaire des ingérences russes dans la campagne électorale américaine. L'ancien directeur de campagne de Donald Trump porte plainte contre le procureur qui mène l'enquête. Il estime que Robert Mueller va trop loin.


Avec notre correspondante à Washington, Anne Corpet

Douze chefs d'inculpation pèsent sur Paul Manafort, dont conspiration contre les Etats-Unis, blanchiment d'argent et déclarations mensongères. Des charges excessives selon l'ancien directeur de campagne de Donald Trump, qui a décidé de contester en justice l'autorité du procureur.

Paul Manafort considère notamment qu'en enquêtant sur les affaires qu'il a menées avec des groupes pro-russes en Ukraine, Robert Mueller dépasse ses prérogatives. « Les actions du département de la Justice et du procureur Mueller sont arbitraires et non conformes à la loi. Elles dépassent le cadre initial de l'enquête sur les ingérences russes dans la campagne électorale », peut-on lire dans la plainte de dix-huit pages qu'il a déposée.

Paul Manafort fait valoir que l'enquête a nui à sa réputation, a exposé sa vie privée, et l'a contraint à des dépenses conséquentes pour sa défense. Le bureau du procureur n'a pas réagi, mais un porte-parole du département de la Justice a commenté sèchement : « C'est une plainte fantaisiste, mais il a le droit de la déposer ».

Chronologie et chiffres clés