rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Les Saoudiennes pourront également conduire des motos et des camions à compter de juin 2018 (autorités)
  • Un fort séisme de magnitude 6,5 a frappé l'île de Java faisant trois morts et sept blessés (autorités)

Etats-Unis Israël Donald Trump Jérusalem

Publié le • Modifié le

Statut de Jérusalem: la stratégie risquée de Donald Trump

media
Donald Trump a officiellement reconnu Jérusalem comme capitale d'Israël, dans la salle de réception diplomatique à la Maison Blanche, le 6 décembre 2017. REUTERS/Jonathan Ernst

Comme annoncé, le président américain a officiellement déclaré mercredi 6 décembre, que les Etats-Unis reconnaissaient Jérusalem comme capitale de l’Etat d’Israël. Avec cette déclaration Donald Trump rompt avec des décennies de diplomatie américaine et risque de mettre le feu aux poudres. Mais il assure vouloir relancer le processus de paix.


Avec notre correspondante à Washington,  Anne Corpet

Donald Trump appelle cela « une nouvelle approche ». Avec la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël, le président américain renverse en fait unilatéralement la table et mise sur une nouvelle distribution du jeu.

Il fait valoir qu’il s’agit simplement de constater la réalité du terrain. Mais le président prévient : « nous ne prenons pas parti sur les frontières spécifiques de la souveraineté d’Israël à Jérusalem ». Dans son discours, Donald Trump rappelle aussi l’attachement des Etats-Unis à une solution à deux Etats même s’il pondère avec une condition : « que les deux parties soient d’accord ».

Le président américain n’ignore pas cependant que sa stratégie est à haut risque et que sa déclaration peut entraîner une vague de violences. Il appelle d’ailleurs au calme et à la modération.

Dans un communiqué, le Département d’Etat annonce pour sa part qu’il va mettre en œuvre la décision de la Maison Blanche sur le transfert de l’ambassade à Jérusalem, mais précise : la sécurité des Américains est notre première priorité, nous avons pris des mesures pour protéger ceux qui vivent dans les régions concernées. Une manière de reconnaître que la stratégie de la Maison Blanche recèle un certain danger.


Jérusalem capitale d'Israël, une «promesse» pour Trump

Extrait de l'allocution prononcée par le président américain mercredi 6 décembre à la Maison Blanche.

« Je suis arrivé à la conclusion qu’il est temps de reconnaitre officiellement Jérusalem comme la capitale d’Israël. Les présidents qui m’ont précédé en avaient fait une de leurs principales promesses de campagne, mais ils ne l’ont pas tenue. Aujourd’hui, je tiens cette promesse. J’ai jugé qu’emprunter cette route était dans le meilleur intérêt des Etats-Unis et de la poursuite de la paix entre Israël et les palestiniens. C’est un pas que nous aurions dû franchir il y a longtemps pour faire avancer le processus de paix et travailler vers un accord de paix durable. Israël est une nation souveraine, qui a le droit comme toutes les nations souveraines de choisir sa propre capitale. Accepter ce fait est une condition nécessaire pour arriver à la paix. »

A lire aussi : Vives réactions après l'annonce de Trump sur Jérusalem

Chronologie et chiffres clés