rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Les Saoudiennes pourront également conduire des motos et des camions à compter de juin 2018 (autorités)
  • Un fort séisme de magnitude 6,5 a frappé l'île de Java faisant trois morts et sept blessés (autorités)

Etats-Unis Donald Trump Justice

Publié le • Modifié le

Etats-Unis: Donald Trump s'en prend violemment au FBI

media
Le président américain arrive à la Maison Blanche le samedi 2 décembre 2017. REUTERS/James Lawler Duggan

Aux Etats-Unis, « l'affaire russe » concernant l'ingérence de Moscou lors de la dernière présidentielle a pris une nouvelle ampleur. Vendredi 1er décembre, un ancien proche de Donald Trump a été inculpé et s'est dit prêt à collaborer avec les enquêteurs. Fragilisé, le président américain a contre-attaqué vertement dimanche matin, dans plusieurs tweets rageurs. Pour lui, la réputation du FBI est en lambeaux. Il est inédit qu'un président s'en prenne ainsi à la police fédérale. Trump se coupe petit à petit des institutions de son pays, mais il n'est pas encore « seul contre tous ». Sa base lui est toujours fidèle, tout comme la majorité des élus républicains du Congrès.


Avec notre correspondant à New-York,  Grégoire Pourtier

Un des principaux enquêteurs dans le dossier russe écarté pour avoir exprimé des critiques contre Donald Trump dans d'anciens SMS privés ? Voilà du pain béni pour le président américain, déchaîné dimanche 3 décembre pour dénoncer la malhonnêteté du FBI.

Mais au-delà de cette stratégie de communication spectaculaire mais légalement périlleuse, des actions plus discrètes sont mises en œuvre pour freiner les enquêtes fédérales.

Ainsi, les parlementaires républicains du Congrès pressent depuis plusieurs semaines pour qu'une enquête soit ouverte sur les dysfonctionnements présumés de ces dernières années, notamment les investigations contre l'ancienne candidate démocrate Hillary Clinton.

Ce week-end, des mesures contre le vice-ministre de la Justice et le nouveau directeur du FBI ont été annoncées par les républicains du Comité du renseignement.

Ces élus soupçonnent des motivations politiques dans la manière dont sont menées les enquêtes contre Clinton et Trump, et demandent donc des comptes. Face à eux, les démocrates dénoncent des gesticulations détournant l'attention du problème de fond, l'ingérence russe présumée.

Longtemps considéré comme un bastion du travail bipartisan et en bonne intelligence, le Comité du renseignement est ainsi rattrapé à son tour par les manœuvres politiciennes. Trump est décidément en train de faire exploser beaucoup de codes de la démocratie américaine.

Chronologie et chiffres clés