rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Négociations du Brexit: le chancelier autrichien Sebastian Kurz confirme «un sommet spécial» en novembre 2018
  • Parlement européen: pour Laurent Wauquiez (LR), Orban «a toute sa place au PPE» («Figaro»)
  • Plusieurs centaines de migrants évacués ce jeudi matin du centre de la ville de Nantes
  • Procès Bygmalion: la décision sur les recours de Sarkozy a été reportée au 25 octobre (cour d'appel)
  • France-CSG: 300 000 retraités bénéficieront en 2019 d'un geste fiscal (Philippe)
  • Guerre commerciale: le patron d'Alibaba Jack Ma renonce à sa promesse de créer un million d'emplois aux Etats-Unis (Chine nouvelle)
  • Japon: le Premier ministre Shinzo Abe a été réélu à la tête de son parti (officiel)

Venezuela Nicolas Maduro Crise économique Pétrole Finances

Publié le • Modifié le

Finances: pour Standard & Poor's, le Venezuela est dorénavant en défaut partiel

media
Le président du Venezuela, Nicolas Maduro, le 17 octobre dernier dans son bureau, sous le portrait de Simón Bolívar «El libertador», héros des indépendances en Amérique latine. REUTERS/Carlos Garcia Rawlins

Le Venezuela a été déclaré, ce mardi 14 novembre 2017, en défaut partiel par l'agence américaine de notation financière Standard & Poor's. Caracas est désormais au pied du mur de la dette.


L'Etat du Venezuela n'a pas pu rembourser dans les temps impartis la somme de 200 millions de dollars due au titre du service de la dette pour deux obligations. Pour un pays qui croule sous une dette estimée à 150 milliards de dollars, cela ne paraît pas lourd. Mais c'est assez pour déclencher la décision de Standard & Poor's.

Cela pourrait précipiter la ruine de cet Etat pétrolier. Les caisses sont vides. Les réserves de changes sont passées en dessous de la barre des 10 milliards de dollars. Si le Venezuela utilise cet argent pour régler ce qu'il doit d'ici la fin 2018, il n'aura plus un sou pour importer les biens de première nécessité indispensables à la survie de sa population.

Depuis que le président Maduro a invité ses créanciers à renégocier la dette, il y a une dizaine de jours, les investisseurs spéculent sur l'imminence d'un défaut global. Leur première réunion, hier lundi à Caracas, n'a rien donné ; une autre est prévue prochainement.

Soutien attendu de la Chine et de la Russie ?

Le président Nicola Maduro espère encore avoir le soutien de ses deux alliées, la Russie et la Chine à qui le pays doit respectivement 8 et 28 milliards de dollars. En échange de leur soutien, les deux géants deviendraient en partie propriétaires des deux raffineries du pays.

Mais l'horloge tourne. Dans les prochaines heures à New York, un autre comité d'investisseurs pourrait à son tour déclarer un défaut partiel pour non-paiement d'une traite de un milliard de dollars.

Le pays se trouve au bord d’un défaut de paiement total, autrement dit en faillite.  Avec le risque de se retrouver dans l’impossibilité d’emprunter sur les marchés et voir ses actifs et ses filiales saisis à l’étranger.

→ À la Une : La menace d’un défaut de paiement plane sur le Venezuela

Chronologie et chiffres clés