rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Venezuela Nicolas Maduro

Publié le • Modifié le

Venezuela: le lundi de tous les dangers

media
L'entreprise pétrolière d'Etat PDVSA est en difficulté en raison de la baisse des cours du brut, Caracas, le 3 novembre 2017. REUTERS/Marco Bello

Le gouvernement vénézuélien de Nicolas Maduro a appelé une nouvelle fois samedi les créanciers internationaux à participer lundi à Caracas à la renégociation de la dette du Venezuela et du groupe public pétrolier PDVSA. Le président vénézuélien a rappelé dimanche que son pays ne se déclarerait «jamais» en défaut de paiement.


Alors que les signes d'un prochain défaut de paiement se multiplient, notamment du côté du groupe pétrolier national PDVSA, le gouvernement vénézuélien invite ses créanciers à s'inscrire par courrier électronique à une rencontre de renégociation de la dette.

«  Nous invitons, une fois de plus, les investisseurs à s'inscrire (...) en envoyant un courrier électronique à renegociacionsoberana@mppef.gob.ve  », a indiqué le ministre de l'Economie et des Finances, Simon Zerpa, sur Twitter.

La veille, le Venezuela, en grande difficulté financière, devait rembourser dans la journée 81 millions de dollars d'intérêts de PDVSA, le groupe pétrolier d'Etat, au risque sinon de se retrouver en situation de défaut de paiement sur sa dette extérieure.

Pas sûr que les créanciers américains répondent à la convocation

La dette extérieure du Venezuela est estimée à 150 milliards de dollars alors que ses réserves en devises ont fondu avec les cours du pétrole et que de grosses échéances de remboursement arrivent.

Les plus gros créanciers du Venezuela sont la Chine, 28 milliards de dollars et la Russie, 9 milliards de dollars, pays jugés plutôt accommodants.

La Russie a déjà fait savoir qu'elle allait restructurer 3 milliards de dollars de dette. Mais les créanciers nord-américains - Etats-Unis et Canada - détiennent 70% des bons émis par le Venezuela et le gouvernement américain interdit à ses ressortissants, citoyens ou banques, de négocier avec le gouvernement vénézuélien.

Nicolas Maduro a convoqué pour 18H00 TU à Caracas une réunion de créanciers internationaux pour tenter de renégocier la dette. L'Association internationale des produits dérivés (ISDA) se réunit elle ce lundi 13 novembre à 17H00 TU à New York pour constater un éventuel défaut de paiement partiel et lancer la procédure d'assurance contre les impayés. 

Les cartes ne seront pas complètement aux mains du gouvernement Maduro. Il peut refuser de payer la dette, mais est-ce qu'il va pouvoir honorer des dépenses à l'intérieur de son pays? C'est à dire payer les fonctionnaires vénézuéliens et assurer la survie économique à l'intérieur de son pays?
Thomas Posado, docteur en sciences politiques à l'université Paris 8, spécialisé sur le Venezuela 13/11/2017 - par Céline Pellarin Écouter

Chronologie et chiffres clés