rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Le Japon prévoit un budget record de 46 milliards de dollars pour renforcer sa défense antimissile contre la menace nord-coréenne (Nikkei)
  • Inde: Rahul Gandhi devient le président du parti du Congrès (opposition)

Revue de presse Etats-Unis ALENA

Publié le • Modifié le

A la Une: une partie de la Californie en flammes

media
Une vue aérienne de Santa Rosa en Californie après les incendies, le 11 octobre 2017. ©REUTERS/DroneBase

Les incendies continuent à ravager la région viticole de Napa Valley. C’est à la Une du Los Angeles Times qui rapporte le dernier bilan : 23 personnes tuées, 285 disparues et des villes entières évacuées. Environ 40 000 maisons se trouvent privées d’électricité selon le journal. Les évacuations se poursuivent, entre autres à Santa Rosa. Un habitant de cette ville décide de retourner chez lui pour connaître l’état de sa maison. Et c’est une vision apocalyptique qui l’attend. Il passe en voiture devant les maisons qui sont en train de brûler et constate que la sienne a également été consumée par les flammes. L’habitant a filmé le retour dans son quartier en train de partir en fumée. Des images impressionnantes que l’on peut voir sur le site du New York Times.

Selon le journal, les feux se propagent à une vitesse incroyable. « Ils avancent littéralement plus vite que ne peut courir un pompier dans certaines zones », a raconté Ken Pimlott, responsable du département californien des forêts et de la protection incendie. Un autre responsable des équipes de secours ajoute, dans les colonnes du journal : « Certains de mes hommes sont debout depuis 80 heures ».

Donald Trump s’en prend une fois de plus aux médias

Le président américain a vivement contesté des informations selon lesquelles il aurait évoqué, lors d'une réunion cet été, une multiplication par dix de l'arsenal nucléaire américain. Des informations publiées par la chaîne NBC. Et en fait, c’est après cette réunion qualifiée de « tendue » par des témoins que le chef de la diplomatie américaine, Rex Tillerson aurait traité le président américain de « débile ». Toujours selon NBC. La réaction de Donald Trump ne s’est pas fait attendre. « NBC News a inventé une histoire », a-t-il rétorqué sur son média favori, son compte twitter. Et il s’est interrogé ouvertement sur la possibilité de supprimer les licences de certains médias.

Le président américain dénonce le « très mauvais accord » sur le programme nucléaire iranien

Des propos tenus sur la chaîne Fox News alors qu’il doit annoncer dans les jours qui viennent sa décision sur le maintien ou non de ce texte signé en 2015. Le Washington Post raconte à ce propos que l’été dernier, l’entourage de Donald Trump a eu le plus grand mal à le convaincre du bien-fondé de cet accord. Le président aurait piqué une colère en affirmant qu’il n’avait aucune envie de poursuivre la politique de son prédécesseur Barack Obama, une politique qu’il considère comme un échec. Mais en réalité si Trump renonce à l’accord nucléaire, ce sera surtout pour des raisons de politique intérieure, explique un expert dans les colonnes du Washington Post.

Suite de l’affaire Weinstein

De nouvelles accusations contre le célèbre producteur américain déchu continuent de déferler à Hollywood. C’est le grand déballage sur les abus sexuels dans l’industrie du cinéma américain. « Weinstein est parti mais le problème de ses pratiques demeure », écrit le New York Times. Le scandale a aussi débordé sur la scène politique car Harvey Weinstein finançait le camp démocrate depuis 1990, selon le Center for Responsive Politics. A présent le parti tente de sortir de cette sordide affaire en promettant de donner 30 000 dollars à des associations, écrit le site Politico. Le problème c’est que les démocrates ont reçu 300 000 Dollars de Weinstein. Une différence que les républicains n’ont pas manqué d’exploiter.

L’avenir incertain de l’accord de libre-échange nord-américain (ALENA)

Selon le Premier ministre canadien, Justin Trudeau qui a été reçu mercredi 11 octobre 2017 par Donald Trump, ces discussions s’annoncent « difficiles ». D’après le journal québécois Le Devoir, « On parle de plus en plus d’un éventuel échec des négociations ». « Bientôt la fin de l’ALENA ? », se demande aussi le New York Times. En tout cas, Justin Trudeau serait d’accord pour un « retour au libre-échange bilatéral canado-américain », estime Le Devoir. Ce qui écarterait donc le Mexique. C’est également à la Une de la presse mexicaine qui à l’instar d’El Universal suggère au gouvernement de se préparer à ce scénario.

Chronologie et chiffres clés