rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Le Japon prévoit un budget record de 46 milliards de dollars pour renforcer sa défense antimissile contre la menace nord-coréenne (Nikkei)
  • Inde: Rahul Gandhi devient le président du parti du Congrès (opposition)

Etats-Unis Donald Trump Iran Nucléaire

Publié le • Modifié le

Nucléaire: Trump pourrait remettre en cause l'accord avec l'Iran

media
Le président Trump menace de refuser de certifier l'accord sur le nucléaire iranien comme les Etats-Unis sont censés le faire tous les trois mois. REUTERS/Yuri Gripas

C’est ce jeudi 12 octobre que le président américain devrait se prononcer sur l’accord sur le nucléaire iranien. Conformément à la loi, la Maison Blanche doit tous les trois mois certifier que l’Iran remplit bien les conditions de l’accord. Donald Trump menace cette fois de refuser de donner cette certification, bien que les autres partenaires de l’accord assurent que Téhéran agit conformément au texte. Mais un tel geste de la Maison Blanche ne signifie pas le retrait américain de l’accord sur le nucléaire.


Avec notre correspondante à Washington,  Anne Corpet

Donald Trump n’a cessé de dénoncer l’accord sur le nucléaire, et il pourrait cette fois traduire son discours par un acte en refusant de valider le fait que l’Iran respecte ses engagements. Le dossier sera dans ce cas renvoyé au congrès, qui pourra décider ou pas de prendre de nouvelles sanctions contre Téhéran.

Mais les élus ne semblent pas pressés de sévir. Les rangs sont divisés au sein même du parti républicain. Plusieurs sénateurs conservateurs estiment qu’il serait imprudent de voter des sanctions trop rapidement.

Les responsables de la commission des Affaires étrangères de la chambre, un républicain et un démocrate, ont prévenu ce mercredi 11 octobre qu’une sortie de l’accord risquerait de faire perdre toute crédibilité aux américains.

Donald Trump a lui-même récemment confirmé qu’il ne sortirait pas formellement de l’accord. Refuser de le certifier, est une sorte de troisième voie qui permettra au président américain de satisfaire son électorat sans déchirer un texte qui a été âprement négocié.

Chronologie et chiffres clés