rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Etats-Unis Catastrophes naturelles

Publié le • Modifié le

Feux en Californie: le bilan humain s'alourdit, des vignobles calcinés

media
Paysage calciné aux abords de la route n°12, région de Sonoma, le 10 octobre 2017. REUTERS/Stephen Lam

La Californie a fait appel aux Etats proches, et au-delà, pour lutter contre les incendies particulièrement violents qui ont fait au moins 23 morts depuis dimanche, mais la situation devait encore empirer. Dans les célèbres régions viticoles de Napa et Sonoma, situées au nord de San Francisco, quelque 16 000 habitations sont menacées par les flammes.


Attisés par des vents pouvant dépasser 60 km/h avec seulement 8% d'humidité dans l'air, 22 incendies ont calciné depuis dimanche près de 70 000 hectares dans huit comtés californiens. Les pompiers estiment qu'au moins 3 500 bâtiments (maisons et commerces) ont été détruits. Plus de 8 000 pompiers luttent contre les flammes, appuyés dans les airs par plus de 70 hélicoptères et 30 avions bombardiers d'eau et des centaines de véhicules au sol. Une armada du feu.

→ A la Une de la presse américaine : les incendies continuent de ravager la Californie

« Nous nous attendons à une reprise des vents aujourd’hui, et il y a de nouvelles brèches qui nous inquiètent, car le feu progresse encore, explique le porte-parole des pompiers de Santa Rosa. Nous sommes toujours en alerte, les flammes sont entrées en ville, mais la situation là-bas est maintenant maitrisée. Les inquiétudes demeurent, car les maisons brûlées continuent de se consumer et leurs cendres brûlantes peuvent encore être emportées par le vent et relancer le feu à plusieurs kilomètres autour, donc ce n'est pas sécurisé, tout le monde doit être vigilant et se tenir prêt à être évacué à tout moment. Les gens doivent se tenir informés par tous les moyens d’alerte. Il y a deux ans, nous avons déjà eu un feu extrême, mais cette fois, nous sommes passés à un niveau supérieur. »

Selon les services de secours, ces incendies ont fait 23 morts. Le shérif du comté de Sonoma Robert Giordano a précisé à la presse que 285 personnes n'avaient toujours pas été localisées, soulignant que la destruction de plus de 70 relais de téléphonie mobile compliquait la tâche des autorités.

Incendies en Californie: plutôt mourir que d'abandonner sa maison

Les vignes touchées mais le secteur s'en sortira

Un secteur, florissant en temps normal, est touché par ce phénomène : la viticulture. Nombre de vignobles, parfois centenaires, ont été endommagés et une partie des vendanges est menacée. « Je travaille dans la région depuis 25 ans mais je n'ai jamais rien vu de la sorte », affirme Christian Butzke, professeur d'oenologie à l'école agricole de Purdue.

Le vignoble Signorello Estate a été réduit en cendres. Ray Signorello Jr, son directeur, a indiqué sur Facebook que le personnel avait tenté dans la nuit de dimanche à lundi de lutter contre le brasier mais « a dû battre en retraite quand le bâtiment a été atteint ».

En revanche, Pierre Seillan s'en sort nettement mieux. Ce maître de chai travaille dans les vignobles appartenant au groupe familial Jackson, producteur de vins-Vérité en Californie. Il est rentré à Bordeaux, juste après les vendanges, quand les premiers incendies se sont déclenchés en Californie :

« Nos vignobles, notamment ceux de Vérité, n’ont pas été détruites. On avait quasiment fini les vendanges, déjà la récolte est sauvée. Ma fille a fini les vendanges avec moi, j’ai mon épouse, mon gendre, mon petit fils et mes deux chiens. Ma famille a été évacuée déjà deux fois, on a quitté notre maison. Je suis en contact avec mes chefs de culture, je suis en contact avec des voisins, la première des choses qui pourraient permettre de faire arrêter les feux, c’est que le vent s’arrête. La priorité des priorités aujourd’hui, c’est de sauver des vies humaines, de protéger les axes routiers et d’arrêter l’évolution des feux. Ensuite, on fera le constat des dégâts. »

A cette époque de l'année, la grande majorité des vendanges sont faites mais les meilleurs cépages de Cabernet et de Merlot - ceux qui donnent les vins les plus réputés et chers - sont traditionnellement récoltés tardivement et ne le sont à ce stade qu'à 50%, explique Christian Butzke, le professeur d'oenologie.

« Il y aura clairement des pertes », prédit-il, et il faudra des années pour replanter les arpents détruits, selon lui. Il anticipe toutefois un impact globalement réduit sur l'ensemble des 60 000 hectares de vignobles de la Côte nord californienne.

Chronologie et chiffres clés