rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Intempéries: Swiss Re estime à 95 milliards de dollars les pertes assurées pour les ouragans dans les Caraïbes et les séismes au Mexique
  • Pérou: le congrès péruvien autorise à une large majorité l'utilisation du cannabis à fin thérapeutique

Brésil

Publié le • Modifié le

Brésil: l'armée de retour dans la favela de Rocinha à Rio

media
Des militaires brésiliens dans la favela de Rocinha à Rio le 10 octobre 2017. REUTERS/Bruno Kelly

A Rio de Janeiro, au Brésil, l'armée a fait son retour dans la plus grande favela de la ville, la favela de Rocinha. Depuis mardi 11 octobre, plus de 1000 soldats ont été déployés en appui d'une opération de la police qui tentait de mettre fin à la violence entre gangs. La guerre des bandes de trafiquants de drogue a repris début septembre. Sans espoir que la situation puisse se calmer prochainement.


Un an après les JO, Rio de Janeiro vit à nouveau au rythme des violences liées au trafic de drogue. L'attention des forces de l'ordre se concentre sur la favela Rocinha, située dans le sud de la ville.

L'objectif de l'armée est de « rechercher des armes, des munitions, des explosifs ou encore des criminels », selon un responsable de l'armée qui parle d'une opération « ponctuelle ».

Mardi soir, la police a pu arrêter l'épouse de « Nem », l'ancien caïd de Rocinha. La fugitive est connue pour avoir nargué les autorités pendant sa cavale en publiant des photos d'elle en bikini sur les réseaux sociaux. On la soupçonne d'avoir commandité en septembre dernier une offensive contre l'actuel chef du trafic et rival de son mari emprisonné, Rogerio 157.

Depuis les deux factions ne cessent de s'affronter. Les violences affectent lourdement le quotidien des 100 000 habitants de la favela. Les écoles restent fermées et une partie du quartier est sans électricité car des fils électriques ont été endommagés par des tirs.

Il y a deux mois, le gouvernement fédéral a envoyé plus de 8 000 soldats à Rio pour aider la police à sécuriser la ville - pour l'instant sans succès.

 

Chronologie et chiffres clés