rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Intempéries: Swiss Re estime à 95 milliards de dollars les pertes assurées pour les ouragans dans les Caraïbes et les séismes au Mexique
  • Pérou: le congrès péruvien autorise à une large majorité l'utilisation du cannabis à fin thérapeutique

Canada Fiscalité Internet Réseaux sociaux

Publié le • Modifié le

Canada: polémique autour des exemptions fiscales de Netflix

media
Les internautes canadiens s'écharpent sur le montant que devrait verser ou non la plateforme de vidéos à la demande. REUTERS/Mike Blake/File Photo

Au Canada, rarement une question de taxe fiscale aura autant enflammé les réseaux sociaux. Depuis jeudi 28 septembre, les internautes s’échangent des chiffres, les commentent, les dénoncent. Ces chiffres concernent les sommes que la plateforme numérique Netflix devrait ou non verser au gouvernement canadien pour desservir ses millions d’abonnés canadiens.


De notre correspondante à Montréal,  Pascale Guéricolas

Tout a commencé le 28 septembre, lorsque la ministre du Patrimoine canadien a dévoilé la nouvelle politique culturelle. Une politique qui concerne en partie les plateformes numériques, de plus en plus présentes dans la vie des Canadiens. 41% des citoyens en effet disposent d’un abonnement pour ce type de service, une proportion qui grimpe à près de 61% lorsqu’il s’agit des 18-34 ans.

Netflix, dont le siège social se trouve aux Etats-Unis, s’arroge la part du lion parmi les différentes entreprises permettant de visionner en ligne des films ou des émissions. Ce qui a mis le feu aux poudres, c’est que la ministre responsable a indiqué que Netflix ne serait pas soumise aux mêmes règles fiscales que ses concurrents canadiens.

Contrairement à ce que l’Union européenne ou même l’Australie ont imposé, la plateforme est dispensée de verser des taxes sur ses abonnements au Canada.

Les plateformes canadiennes montent au créneau

Mélanie Joly, la ministre du Patrimoine canadien l’a répété sur toutes les tribunes : le gouvernement canadien ne veut pas taxer davantage les contribuables. La classe moyenne canadienne paie déjà suffisamment d’impôts.

Une situation qui provoque la colère non seulement des concurrents directs de Netflix, les plateformes numériques canadiennes, mais aussi de celle des défenseurs de la culture francophone et du milieu culturel en général.

Non seulement l’entreprise américaine ne paiera pas de taxes au Canada, mais en plus elle n’aura pas à contribuer au Fonds des médias du Canada qui finance en partie les productions locales en matière de séries télés ou d’émissions.