rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Revue de presse Etats-Unis Intempéries Haïti

Publié le • Modifié le

A la Une: un an après, l’ouragan Matthew revient à le Une de la presse haïtienne

media
Des habitations endommagées deux semaines après le passage de l'ouragan Matthew à Jérémie (le 15 octobre 2016), au sud-ouest d'Haïti. HECTOR RETAMAL / AFP

« Il y a juste un an écrit » Le Nouvelliste, « l’ouragan Matthew frappait sévèrement Haïti, laissant des régions meurtries. Plusieurs milliers de sans-abri. Des habitants aux abois. Des plantations dévastées. Des autorités dépassées. La campagne électorale interrompue. Une addition salée avec près de neuf cents morts. Les autorités estimaient à près de deux milliards de dollars les dégâts causés par l’ouragan. Des familles crevaient de faim. Un an après, les régions qui ont été touchées par Matthew se relèvent comme elles peuvent » écrit Le Nouvelliste. « Ce relèvement prendra encore du temps dans des coins reculés où les séquelles de la catastrophe restent visibles. Des familles n’ont pas encore reconstruit leurs maisons. Les routes ne sont pas encore réhabilitées et le courant électrique n’est toujours pas rétabli à plusieurs endroits ». Une critique du Nouvelliste à peine déguisée sur la réaction des autorités qui amène le quotidien à cette conclusion : « Matthew ceux et celles qui l'ont vécu s'en souviendront encore pour longtemps ».

Toujours pas d’avancée dans l’enquête sur la tuerie de Las Vegas

La compagne du tueur de Las Vegas est rentrée aux Etats-Unis et désormais elle est entre les mains des enquêteurs du FBI. Il s’agit de Marilou Danley, une femme de soixante-deux ans, ressortissante australienne qui a émigré aux Etats-Unis, il y a vingt ans selon les autorités australiennes. Elle est arrivée hier soir à Los Angeles en provenance des Philippines et, bien que libre de se déplacer selon le Los Angeles Times, elle est considérée comme « une personne d’intérêt » pour l’enquête. Le Shérif Joe Lombardo espère qu’elle sera à même d’éclaircir certains points. Notamment le virement de cent mille dollars effectué, il y a une semaine sur un compte aux Philippines, comme le précise le Las Vegas Sun. Les enquêteurs s’interrogent toujours sur les motifs du tueur. Stephen Paddock avait préparé minutieusement cette attaque explique le Las Vegas Sun puisqu’il avait même installé une caméra dans l’œil de la porte de sa chambre et une autre dans le couloir pour contrôler les allées et venues. Il reste encore trop de points non-élucidés pour l’instant pour tirer des conclusions estime le quotidien de Las Vegas.

Les tueries se multiplient aux Etats-Unis et rien ne semble changer.

Pourtant l’Etat du Nevada, comme le détaille ce matin le New York Times dans son éditorial du jour, a voté pour renforcer les contrôles lors des ventes d’armes, notamment un contrôle renforcé sur les antécédents de l’acquéreur. Mais un an après l’adoption de cette loi, elle n’est toujours pas appliquée comme le précise des responsables de l’Etat du Nevada car, selon eux, les autorités ne disposent pas des moyens nécessaires. Alors certes, si cette loi avait été respectée et appliquée, cela n’aurait pas empêché Stephen Paddock d’acheter ses armes, puisqu’il n’avait pas d’antécédents. Mais le fait que cette loi ne soit pas respectée démontre le laxisme dont font preuve certains Etats américains et plus généralement le pays tout entier lorsqu’il est question d’armes estime le quotidien.

La presse américaine ne comprend pas l’absence de réactions

Il y a deux ans, le Washington Post dressait une liste des victimes des tueries de masse suite au massacre de neuf personnes dans un lycée de l’Etat de l’Oregon. Le quotidien écrivait alors « Notre espoir c’est que nous ne restions pas sans réaction face à ces événements terribles et évitables ». Deux ans plus tard, la liste des victimes s’est encore allongée raconte le Washington Post. Entre temps, il y a eu des massacres dans une clinique, lors de fête, dans un aéroport, dans une boîte de nuit et cette semaine lors d’un festival de musique country en extérieur. Des jeunes, des vieux, des femmes, des hommes, des gens de toutes confessions, races ou ethnies. Des victimes qui ont perdu la vie inutilement à cause des violences par armes à feu. Le quotidien dresse ensuite la liste remise à jour de ces victimes. L’éditorialiste conclut : « On trouve des fous, des malades mentaux dans toutes les nations, mais ces nations ont des lois différentes. Et ces nations n’ont pas de liste de ce genre pour pleurer. Quand déciderons-nous que cela suffit ? »

La visite de Donald Trump provoque la colère des Portoricains

Avec ses déclarations où le président américain compare Katrina au passage d’Irma et minimise l’impact de cet ouragan à Porto Rico, Donald Trump a une nouvelle fois alimenté la polémique estime El Listin Diario ce matin. Déjà le simple fait qu’il ne vienne que plus de deux semaines après le passage d’Irma était en soi une offense à l’encontre des Portoricains estime le quotidien, mais en plus le fait qu’il ne reste que quelques heures sur l’île prouve qu’il n’attache que peu d’importance à ce qu’il se passe à Porto Rico.

El Vocero reprend les déclarations de la maire de San Juan qui se dit « offensée en tant que Portoricaine. Cet homme doit être en mesure de contrôler ses paroles un jour ou l’autre. Il doit comprendre qu’il y a des gens qui vivent ici et qu’il doit nous traiter avec respect. Les Portoricains donnent leur sang depuis 1917 pour les Etats-Unis et ce qui me met hors de moi c’est que les Américains ne sont pas comme ça. », c’est-à-dire pas comme Donald Trump. Une visite qui n’a toujours pas permis d’y voir plus clair en ce qui concerne l’augmentation de l’aide fédérale à destination de Porto Rico conclut El Vocero.

Chronologie et chiffres clés