rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Donald Trump Corée du Nord

Publié le • Modifié le

Corée du Nord: sur Twitter, Trump démolit l’action de son chef de la diplomatie

media
Le président américain Donald Trump, devant son secrétaire d'Etat, Rex Tillerson, le 11 août 2017 à son golf de Bedminster. REUTERS/Jonathan Ernst

Nouvelle dissonance entre le président des Etats-Unis et son secrétaire d'Etat sur la Corée du Nord. Ce n'est pas la première fois que Donald Trump contredit - pour ne pas dire humilie - un membre de son administration.


Avec notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet

Ce que vient de déclarer Trump à Tillerson par tweets interposés, c'est tout bonnement de ne pas perdre son temps à négocier avec le « petit Rocket Man », c'est-à-dire Kim Jong-un. Cela ne sert rien. Clinton, Bush et Obama, dit-il, ont essayé sans succès. « Conserve ton énergie Rex, nous ferons ce que nous devons faire. »

Serait-ce la menace voilée d'une opération militaire contre Pyongyang ? Les propos du président ont en tout cas surpris 24 heures après que Tillerson a annoncé, lors d'un déplacement à Pékin, qu'il y avait des canaux de communication entre les Etats-Unis et la Corée du Nord, laissant supposer qu'un dialogue était possible.

Le département d'Etat avait toutefois tempéré cette déclaration en précisant que les Nord-Coréens n'avaient montré aucun signe d'intérêt pour des pourparlers.

Ce n'est pas la première fois que Donald Trump est en désaccord avec son administration. Il avait déjà dit que discuter avec la Corée du Nord n'était pas la solution, alors que son secrétaire à la Défense, James Mattis exprimait une opinion contraire.

Mais le président semble prendre un plaisir tout particulier à saboter les efforts de Rex Tillerson qui essaie de mener une diplomatie plus traditionnelle.

Ce qui amène certains observateurs à commencer à spéculer sur la longévité de l'ancien PDG d'Exxon au département d'Etat.

Chronologie et chiffres clés