rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Venezuela Nicolas Maduro

Publié le • Modifié le

Venezuela: laborieuses primaires pour l'opposition en vue des régionales

media
Le leader de l'opposition Henrique Capriles à la sortie d'un bureau de vote, le dimanche 10 septembre 2017 à Caracas. REUTERS/Marco Bello

Après avoir manifesté pendant de très nombreuses semaines depuis fin mars, l'opposition avait refusé de participer à l'élection de la Constituante le 31 juillet dernier. Début août, elle a en revanche décidé de participer aux élections de gouverneurs qui se tiendront le 15 octobre prochain. C'est dans cette optique qu'elle a organisé des primaires dimanche, auxquelles 15 millions d'électeurs pouvaient participer. Et les résultats définitifs n'ont été communiqués que ce mardi en fin de journée. Non sans polémiques dans certains cas.


Avec notre correspondant à Caracas, Julien Gonzalez

Ces primaires auront été très laborieuses : il a fallu 48 heures après la fermeture des bureaux de vote pour connaître les noms des vainqueurs du scrutin interne organisé dans 19 Etats du pays.

Ecarts serrés

Motif de ce retard invoqué par l'opposition : les conditions climatiques, les pannes d'électricité ou encore des écarts trop serrés. Mais elle l'a martelé, le scrutin s'est déroulé « dans une ambiance de paix ». Pourtant, dans l'Etat d'Aragua par exemple, au centre-nord du pays, les deux candidats en lice s'attribuent l'un et l'autre la victoire, certains dirigeants de l'opposition allant jusqu'à condamner des « fraudes » dans certains bureaux de vote.

Des « cas isolés » qui ne retirent rien au « succès » de ces primaires, martèle l'opposition. Selon elle, le vote a rassemblé un peu plus d'un million d'électeurs ; l'opposition y voit d'ailleurs un signal encourageant pour emporter les régionales le 15 octobre prochain.

Menace du pouvoir

Le président Maduro a en effet prévenu la semaine dernière : « Les gouverneurs élus devront se soumettre à la Constituante. Sinon, ils seront immédiatement destitués. »

Chronologie et chiffres clés