rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Brésil Michel Temer Corruption Justice

Publié le • Modifié le

Brésil: l'arrestation de Joesley Batista, une bonne nouvelle pour le président?

media
Joesley Batista, un des propriétaires du géant de la viande JBS, a été placé lundi 11 septembre 2017 en détention provisoire dans une prison de Brasilia. REUTERS/Leonardo Benassatto

Au Brésil, un entrepreneur proche du président Michel Temer a été arrêté dans le cadre de l'enquête judiciaire Lava Jato sur le scandale de corruption autour de l'entreprise pétrolière Petrobras. Joesley Batista, patron du leader mondial de la viande JBS, avait enregistré une conversation avec le président dans laquelle Michel Temer semble donner son accord pour acheter le silence d'un député accusé de corruption dans l'affaire Petrobras. L'arrestation de l'entrepreneur pourrait finalement être une bonne nouvelle pour le président brésilien.


Michel Temer n'a pas du tout apprécié le fait que Joesley Batista, lui-même accusé de corruption dans le scandale Petrobras, se soit mué en informateur de la justice. Le patron du géant agroalimentaire JBS s'était proposé pour enregistrer le président à son insu en échange d'une remise de peine.

Les informations obtenues étaient explosives, et ont ébranlé le président conservateur. Elles ont aussi poussé le Tribunal suprême fédéral à lancer une enquête contre Michel Temer pour corruption passive et entrave à la justice.

Joesley Batista est à présent soupçonné d'avoir dissimulé des informations. Le Tribunal suprême fédéral a donc réclamé son arrestation. Ce rebondissement pourrait rendre caduc l'accord conclu entre Battista et la justice.

Ce serait une nouvelle victoire pour Michel Temer, qui a déjà pu sauver son mandat en août dernier grâce au Congrès national, qui a empêché l'ouverture d'un procès à son encontre.

Les avocats du président envisagent de porter plainte pour calomnie et mensonge. Joesley Batista lui n'en démord pas: il y a quelques jours encore, il n'hésitait pas à qualifier le président de « voleur général » de la République.

Chronologie et chiffres clés