rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Décès d'Aretha Franklin: édition spéciale sur RFI ce 17 août à partir de 5h15 TU (7h15, heure de Paris)

Revue de presse Catastrophes naturelles Colombie Venezuela Guatemala Honduras

Publié le • Modifié le

A la Une: Irma, l’ouragan de catégorie 5 menace les Caraïbes

media
L’ouragan Irma vu depuis l’espace (projet GOES de la NASA), le 5 septembre 2017. AFP/Nasa

L’éditorialiste du Nouvelliste, Frantz Duval rappelle que « lors du passage de l’ouragan Matthew en octobre dernier, jusqu'à la dernière minute, les habitants des zones rurales ne se sentaient pas concernés par les menaces de cet ouragan », et que jusqu'à aujourd'hui, « on ne dispose pas de décompte fiable des victimes ni des dégâts. En absence d’un système national d’alerte et d’information », poursuit Le Nouvelliste, « ce sont les médias qui vont devoir jouer le rôle d’annonceur national. Les grands noms comme les plus modestes radios communautaires. Il y va des vies à sauver ».

Colombie : gouvernement et ELN signent cessez-le-feu

La Colombie a franchi hier une nouvelle étape vers la paix : pour la première fois, le gouvernement a signé un cessez-le-feu bilatéral avec l'ELN, la dernière guérilla du pays. Ce cessez-le-feu doit entrer en vigueur le 1er octobre et durer jusqu'au 12 janvier, a annoncé le président Juan Manuel Santos. Il pourrait ensuite être prolongé en fonction des avancées durant les pourparlers de paix avec les guérilléros de l'ELN, qui se tiennent à Quito, en Equateur.

Face à cette nouvelle, les éditorialistes colombiens restent prudents. « L'optimisme est modéré et le scepticisme justifié avec cette guérilla qui a souvent manqué à sa parole », écrit El Colombiano. « Néanmoins », réplique Portafolio, « cette trêve a son importance. Surtout pour les zones les plus affectées par les hostilités qui pourront enfin retrouver une certaine normalité, au moins temporairement ». Malgré ces réticences, El Espectador salue, quant à lui, « le triomphe de la raison ». « Un cessez-le-feu bilatéral a pour effet de faire soudainement paraître la violence, auparavant omniprésente, comme quelque chose d'irrationnel et d'inutile. Nous espérons que cette prise de conscience collective sera un pas irréversible vers la fin du conflit », conclut le journal.

Le président de l’Assemblée nationale vénézuélienne en Europe

Le président de l'Assemblée nationale du Venezuela, Julio Borges, ainsi que son vice-président sont actuellement en Europe. Les deux élus d'opposition tentent de s'assurer du soutien des puissances étrangères dans la grave crise politique et humanitaire que traverse le pays.

Hier, les deux hommes ont été reçus par Emmanuel Macron au palais de l'Elysée à Paris. « Le président français a condamné les mesures répressives adoptées par le gouvernement vénézuélien et a souligné qu'en absence de signal positif de la part de Caracas, la France était disposée à engager une réflexion européenne pour adopter des mesures qui viseraient les responsables de la situation », résume le site Entornointeligente.

Guatemala : la Cour suprême ouvre la voie à la levée de l'immunité du président

Au Guatemala, la Cour suprême a ouvert la voie à une levée de l'immunité du président Jimmy Morales. Une commission du Parlement doit maintenant formuler des recommandations aux députés à ce sujet. Il est peu probable que la levée de l'immunité du président, soupçonné d'avoir financé de manière illégale sa campagne, obtienne les voix nécessaires. « Le président et sa majorité ont mis en place toute une série de stratégies qui garantissent leur impunité », fustige Prensa Libre. Mais pour l'instant, réplique El Periodico, « le nettoyage de la corruption se poursuit. Et c'est bien ainsi ».

Honduras : président veut pouvoir se faire réélire

Au Honduras voisin, le président voudrait pouvoir se faire réélire pour un second et dernier mandat. C'est pourquoi, Juan Orlando Hernandez a envoyé hier au Parlement une proposition de loi qui vise à réformer la Constitution hondurienne, rapporte El Heraldo. Actuellement, celle-ci ne permet pas aux chefs de l'Etat de briguer un second mandat. Or, le président sortant voudrait pouvoir se faire réélire en novembre. A cela rien de surprenant car « Hernandez serait le favori du scrutin s'il pouvait y participer ».

Chronologie et chiffres clés