rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Chili Droits des femmes Michelle Bachelet Femmes

Publié le • Modifié le

Chili: l’avortement thérapeutique bientôt légal

media
Des manifestants favorables à l'avortement expriment leur joie après la décision du Tribunal constitutionnel, le 21 août 2017 à Santiago, au Chili. REUTERS/Carlos Vera

Au Chili, après plus de deux ans de discussions mouvementées, l'avortement thérapeutique est en voie de légalisation : le Tribunal constitutionnel a donné lundi 21 août 2017 son feu vert à la loi de dépénalisation de l'avortement thérapeutique. Elle va mettre fin à 28 ans d'interdiction totale de l'IVG, comme c'est encore le cas dans 18 pays à travers le monde. Désormais, les Chiliennes vont pouvoir se faire avorter si leur vie est en danger, si un fœtus n'est pas viable ou lorsqu'une grossesse résulte d'un viol.


La présidente Michelle Bachelet en avait fait une promesse de campagne, elle a obtenu gain de cause. L’avortement thérapeutique va être dépénalisé au Chili. Le Tribunal constitutionnel a tranché lundi 21 août, il a rejeté les deux recours de la droite conservatrice qui invoquait le droit à la vie, par six voix contre quatre. Elizabeth Bunster de la plateforme « le Chili c'est la vie », qui regroupe plus de 50 organisations de la société civile, regrette cette décision. A ses yeux, il s’agit d’un « jour très triste » pour le Chili. Elle « se rend compte que le pays, en particulier le gouvernement, avec cette loi, propose des alternatives qui ne sont pas solidaires ». Elle estime que, « pour les femmes, ce sont des alternatives de mort, et pour l'enfant et pour la femme ».

« Une victoire pour les Chiliennes »

En revanche, pour Claudia Dides de l'ONG Miles, qui se bat depuis des années pour la légalisation de l'avortement, c'est une belle victoire. « Le Chili a franchi une étape historique, on a reconnu notre combat, on a vaincu les groupes intégristes, fascistes, et conservateurs de ce pays. C'est une victoire pour les Chiliennes, les filles et les adolescentes, toutes celles qui pourront désormais se faire avorter dans de bonnes conditions, dans les hôpitaux publics. Aujourd'hui, le Chili a une loi sur l'avortement », se réjouit cette militante.

Le dictateur Augusto Pinochet avait interdit en 1989 l'avortement quelle qu'en soit la raison, alors qu'il était autorisé pendant plus de 50 ans auparavant. Pour la présidente Michelle Bachelet, cette loi est le « minimum dû par le Chili à ses femmes ».