rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Donald Trump Etats-Unis

Publié le • Modifié le

Etats-Unis: le président Trump de retour dans sa tour de New York

media
Important dispositif de sécurité aux abords de la Trump Tower, le 4 août 2017 à New York, dans l'attente du président américain. REUTERS/Mike Segar

Donald Trump revient à New York ce dimanche 13 août, pour la première fois depuis qu’il est entré à la Maison Blanche. Alors que la Trump Tower est devenue une attraction touristique, la sécurisation du périmètre coûte au moins 300 000 dollars par jour à la police quand le président est là, un chiffre qui peut grimper en fonction des circonstances. On s’attend à d’importantes perturbations, mais le quartier a appris à composer avec cette situation.


Avec notre correspondant à New York,  Grégoire Pourtier

De dimanche à mercredi, le président américain fait son retour dans la ville où il a fait fortune, mais où la population ne le porte pas particulièrement dans son cœur.

Vendredi, on pouvait déjà croiser l’un de ses fils quittant à pied la Trump Tower, mais on pouvait encore y entrer sans problème, après un simple passage de son sac aux rayons X.

Qu’en sera-t-il, de dimanche à mercredi, quand Donald Trump reviendra pour la première fois à son triplex occupant les derniers étages du gratte-ciel ?

Pour l'heure, dans les divers commerces, presque tous estampillés « Trump », on n’a pas été prévenu d’une quelconque fermeture, et des ouvriers s’affairaient à réparer le fameux escalator symbolisant la déclaration de candidature de l’homme d’affaires.

Une employée pensait ainsi que ce dernier préférerait voir de l’activité « chez lui », comme lorsqu’il est en congé dans ses luxueux clubs.

Donald Trump doit-il s'attendre à un comité de la part de ses opposants ?

Après la frénésie ayant suivi l’élection de novembre 2016, le quartier a pour sa part retrouvé une activité normale. Des barricades ont été posées sur la 5e Avenue et une rue a été totalement interdite à la circulation, mais les enseignes de luxe qui jouxtent la tour disent qu’elles n’ont pas été pénalisées.

Personne ne semble s’inquiéter pour les jours à venir, même si le maire de la ville, Bill de Blasio, a prévenu d’importantes perturbations, au moins pour les voitures new-yorkaises.

« Ne roulez pas sur la 5e Avenue dans cette partie de Midtown. La police de la ville a travaillé avec précaution avec les services secrets pour préparer cette visite, et ils sont prêts à gérer n’importe quelle situation », a dit l'élu.

New York a très peu voté pour Donald Trump. La question se pose donc : des opposants vont-ils tenter de se rassembler devant la tour, dont le président ne devrait pas beaucoup bouger ? Question d'autant plus d'actualité après les violences survenues samedi 12 août entre groupuscules de l'extrême droite américaine et militants antiracistes à Charlottesville, en Virginie.

Donald Trump avait passé beaucoup de temps à la Trump Tower pendant la transition avant son investiture. Mais lorsqu’il était venu quelques heures en ville, en mai dernier, une foule hostile s’était massée sur le passage du 45e président des Etats-Unis.

Chronologie et chiffres clés