rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Syrie: un général russe tué lors d'un bombardement du groupe EI près de Deir Ezzor (agences)
  • Sénégal: le nouveau khalife des Tidjanes, Serigne Mbaye Sy Mansour, remplace le khalife Al Amine décédé vendredi
  • Irak/Kurdistan: Bagdad demande aux pays de ne traiter qu'avec lui pour l'achat de pétrole (médias d'Etat)

Luiz Inacio Lula da Silva Brésil Réseaux sociaux Internet Justice

Publié le • Modifié le

Brésil: le procès de Lula se poursuit sur les réseaux sociaux

media
L'ancien président brésilien, Luiz Inacio Lula da Silva, lors d'une conférence de presse, le 13 juillet 2017. REUTERS/Nacho Doce

Au Brésil, les réseaux sociaux s’enflamment depuis la condamnation pour corruption de l’ancien président Lula à plus de 9 ans de prison. Son procès qui a déchiré le Brésil se poursuit donc sur la toile entre les défenseurs de #LulaInnocente contre les #Lulanacadeia, «Lula en prison».


La réaction à la condamnation de Lula a été très rapide sur les réseaux sociaux brésiliens, au point que sur Twitter, au niveau mondial, le nom « Lula » a fait partie des plus repris. Rappelons que le Brésil est le pays d’Amérique Latine qui compte le plus d’utilisateurs des réseaux sociaux : plus de 90 millions. Une bataille s’est engagée entre pro et anti-Lula pour occuper le net. Immédiatement après la condamnation prononcée par le juge Sergio Moro, devenu l’icône d’une justice combattante pour les Brésiliens, son nom s’est lui aussi retrouvé en tête des messages les plus envoyés.

Les militants du parti des travailleurs de Lula ont massivement twitté, avec le mot clef #LulaInnocente (« Lula innocent »), pour tenter d’imprimer leur marque sur les réseaux sociaux, sans y arriver. On a vu circuler également une photo du juge Sergio Moro, en compagnie de Aecio Neves, le leader de la droite libérale, soupçonné de corruption, pour dénoncer la proximité entre les deux personnages.

Une étape majeure pour la droite brésilienne

Selon une étude réalisée par le journal El Pais, plus de 400 000 profils de militants proches de la droite brésilienne, appuyée par de nombreux sites très conservateurs, a inondé les réseaux sociaux, juste après la condamnation de Lula. On y a vu aussi éclater la joie des militants en faveur de Jair Bolsonaro, un candidat d’extrême droite, et qui lorgne sur l’élection présidentielle de 2018, et qui gagne en popularité.

Le mouvement « Vem pra Rua », qui a poussé la présidente Rousseff au départ l’année dernière, en a d’ailleurs profité pour annoncer une manifestation fin août, « pour lutter contre l’impunité ». Un mouvement, qui menace tout autant le président en exercice, Michel Temer, sous le coup d’une accusation de corruption, auprès de la Cour suprême

Le président brésilien, à 76 ans, est également très actif sur les réseaux sociaux en ce moment. Un vif échange a en effet eu lieu entre Michel Temer et la mannequin Gisèle Bundchen concernant l’environnement. Une loi, visant à assouplir les règles de déforestation en Amazonie, est en débat au Parlement. Craignant que le président ne la valide, la mannequin brésilienne, la plus célèbre au monde, a interpellé le président sur Twitter, lui demandant d’opposer son veto à la loi.

Ce qu’a fait Michel Temer, avant de diviser par deux la zone qui doit être ouverte à la déforestation, et de présenter la loi remaniée une nouvelle fois devant Parlement. Les coups de colères sur les réseaux sociaux n’ont pas toujours l’impact escompté.

Chronologie et chiffres clés