rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Cuba Raul Castro Etats-Unis

Publié le • Modifié le

Politique de Trump envers Cuba: une rhétorique de «guerre froide» pour R. Castro

media
Touristes américains à vélo, La Havane juin 2017: le déferlement de touristes américains à Cuba semble avoir été surestimé d'ailleurs des compagnies aériennes qui desservaient l'île ont annulé des vols. REUTERS/Alexandre Meneghini

Le président cubain Raoul Castro a pointé du doigt un «recul» dans les relations bilatérales avec les Etats-Unis, dont la responsabilité reviendrait, selon lui, à la politique du président Donald Trump. Une «rhétorique vieille et hostile propre à la Guerre Froide», a asséné le dirigeant cubain. Donald Trump avait annoncé à la mi-juin, devant des exilés cubains anti-castristes, qu'il «annulait avec effet immédiat» l'accord conclu entre Washington et la Havane fin 2014. ú


C'est lors de la clôture d'une session du Parlement cubain, vendredi 14 juillet, que le président cubain Raoul Castro s'en est pris à Donald Trump. « Les annonces faites par le président actuel, a-t-il dit, signifient un recul dans les relations bilatérales ».

Pourtant, le dirigeant cubain n'a pas voulu couper tous les ponts avec Washington. « Cuba et les Etats-Unis peuvent coopérer et vivre côte à côte, en respectant leurs différences et en promouvant tout ce qui est bénéfique aux deux pays et aux deux peuples. Mais les Etats-Unis ne doivent pas chercher à obtenir de la part de Cuba des concessions de nature à léser sa souveraineté et son indépendance ».

L' « annulation avec effet immédiat » de l'accord conclu avec la Havane fin 2014, annoncée par Donald trump à la mi-juin dans un discours à Miami, ne devrait pas en réalité détricoter complètement les mesures de rapprochement mises en place sous le président Barack Obama.

Le rétablissement des relations diplomatiques entre les deux pays, par exemple, n'est remis en cause. Mais elle pourrait toucher le secteur touristique cubain, en pleine expansion, car le président américain souhaite faire appliquer de manière plus stricte les restrictions de voyage vers Cuba et interdire les transactions avec les entités contrôlées par l'armée cubaine, omni-présentes dans le secteur du tourisme

Chronologie et chiffres clés