rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Brésil Unesco

Publié le • Modifié le

Brésil: l'Unesco consacre le quai de Valongo en souvenir des esclaves africains

media
L'UNESCO a inscrit sur sa liste du patrimoine mondial le site archéologique du quai de Valongo dans le centre de Rio de Janeiro par lequel ont été débarqués quelque 900 000 esclaves africains sur le continent américain. Le 15 juillet 2017. Mauro PIMENTEL / AFP

Au Brésil, l'Unesco a inscrit sur sa liste du patrimoine mondial le site archéologique du quai de Valongo dans le centre de Rio de Janeiro par lequel ont été débarqués de force quelque 900 000 esclaves africains sur le continent sud-américain. Une reconnaissance tardive, et d'autant plus symbolique, pour le Brésil, où durant plus de trois siècles, près de 4 millions d'esclaves ont été amenés dans les navires négriers, arrachés de leurs terres d'origine, l'Afrique. Ce samedi, à Rio de Janeiro, des célébrations ont été organisées devant l'ancien quai Valongo - pour fêter le classement du site par l'Unesco.


Avec notre correspondant à Rio de Janeiro, François Cardona

Au coeur de la nouvelle zone portuaire, l'ancien quai, construit en pierres inégales au 18e siècle est entouré de danseurs et de musiciens, venus de tout le pays, membres d'associations afro-brésiliennes.

« Toute ma famille est arrivée au Brésil sur un navire négrier qui venait d'Angola. Mon grand-père est mort à 116 ans, et il avait toujours des marques de fouet dans le dos. Sa mère et ses frères sont arrivés ici avec lui. Les autres membres de sa famille sont morts durant la traversée. C'est pour cela que le quai de Valongo est très important, pour le Brésil et le monde entier ! », témoigne Ogan Kotoquinho, le directeur du « mouvement noir » brésilien.

Préserver la mémoire de l'esclavage

Le site a été mis au jour en 2011, lors de fouilles archéologiques. Un lieu de mémoire laissé à l'abandon depuis des décennies. L'esclavage est un héritage difficile à porter pour le Brésil, dont près de la moitié de la population se déclare noire ou métisse. Comme Tulani, 32 ans, directrice d'un centre socio-culturel : « Nous devons préserver la mémoire de l'esclavage, et ne pas permettre que notre histoire afro-brésilienne soit effacée ».

Les Noirs et les Métisses demeurent pourtant encore largement discriminés au Brésil, où les plus pauvres ont bien souvent la peau sombre.

Visiter le site archéologique du quai de Valongo - Unesco

Chronologie et chiffres clés