rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Etats-Unis racisme Droits de l’homme Justice

Publié le • Modifié le

Etats-Unis: LGBT et Black Lives Matter ensemble pour dénoncer la mort d'un Noir

media
Raymond Tensing lors de son deuxième procès à Cincinnati, le 14 juin 2017. REUTERS/Cara Owsley/The Enquirer/Pool/File Photo

Une semaine après l'acquittement d'un policier blanc inculpé pour avoir abattu un citoyen noir dans sa voiture, un autre officier inquiété dans une affaire similaire se retrouve en liberté dans l'Ohio. Son procès a été annulé, le jury ne pouvant parvenir à un verdict. La colère grandit. Samedi 24 juin 2017, des Noirs du mouvement Black Lives Matter se sont joints à la parade des fiertés de la communauté LGBT de Cincinnati pour manifester leur indignation. Black Lives Matter prévoit une nouvelle manifestation pour mercredi.


Avec notre correspondant à Washington,  Jean-Louis Pourtet

C'était la deuxième fois que Raymond Tensing était jugé pour la mort de Sam DuBose, un Noir stoppé parce qu'il n'avait pas de plaque d'immatriculation sur le devant de sa voiture. Expliquant son geste, le policier dit avoir craint pour sa vie.

C'était son deuxième jugement, et pour la deuxième fois un jury n'est pas arrivé à se mettre d'accord sur sa culpabilité ou son innocence, forçant le juge à annuler une nouvelle fois le procès. La mère de la victime s'est dite outrée. Elle a demandé un 3e procès.

Les Noirs de Cincinnati partagent sa colère. Aussi, quand le chef local du mouvement Black Lives Matter, Brian Jenkins, a été invité avec ses membres à participer à la marche des fiertés organisée par les LGBT de la ville, il a accepté.

Racisme aux Etats-Unis : retour aux fondamentaux avec James Baldwin

Les deux groupes ont donc défilé samedi à l'unisson pour réclamer plus de justice dans le pays. « Racisme, pas OK ! Brutalité policière, pas OK ! Homophobie, pas OK ! », pouvait-on entendre.

Commentaire de Brian Jenkins devant l'accueil positif des habitants :  « C'est bien que les gens nous voient de près. Ils entendent dire que nous sommes des terroristes. Nous sommes des êtres humains. »

Des êtres humains « comme ceux de la marche des fiertés », précise le leader local de Black Lives Matter. Et de conclure : « Nous nous battons pour ce que nous croyons et nous sommes plus forts ensemble. »

Chronologie et chiffres clés